Traumatismes, troubles alimentaires, addictions : l’EMDR s’installe à l’hôpital

Bouger les yeux pour guérir l'esprit? C'est le pari de l'EMDR. Cette méthode, inventée aux Etats Unis, s'appuie sur les effets du sommeil paradoxal pour surmonter les traumatismes liés à des événements passés. Elle est aujourd'hui pratiquée au sein de des Hospices civils de Lyon.

Bouger les yeux pour guérir l’esprit? C’est le pari de l’EMDR. Cette méthode, inventée aux Etats Unis, s’appuie sur les effets du sommeil paradoxal pour surmonter les traumatismes liés à des événements passés. Elle est aujourd’hui pratiquée au sein de des Hospices civils de Lyon
EMDR, pour Eyes Movement Desensitization and Reprocessing en anglais, signifie littéralement "désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires".
Le principe consiste précisément à faire reproduire au patient les mêmes mouvements rapides des yeux que pendant le sommeil paradoxal. Car c’est dans cette phase de sommeil que sont retraités les souvenirs des événements vécus la veille et les émotions qui y sont liées. Quand celles-ci sont trop importantes, ce procédé de digestion se bloque.
Une pratique reconnue par l’OMS
«Un traumatisme est un souvenir figé dans les réseaux neuronaux», explique Raphaël Loiselot, psychologue à l’hôpital Henry Gabrielle- HCL spécialisé dans la rééducation. "Les sons, les pensées, les émotions, les sensations physiques associés à cet événement sont bloqués également".
En reproduisant les mêmes mouvements oculaires que pendant le sommeil paradoxal, l’EMDR retraite et reprogramme le souvenir. Une séance peut durer entre 45 minutes et une heure. Le nombre de séances nécessaires varie selon le traumatisme.
La pratique, reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), est aujourd’hui utilisée dans plusieurs établissements des Hospices civils de Lyon. 
Du stress post-traumatique aux troubles du comportement alimentaire
A l’hôpital Henry Gabrielle-HCL, cette méthode est ainsi employée pour traiter des patients en état de stress post-traumatique lorsque, par exemple, ils ont subi un choc lors d’un accident. Certes, l’EMDR ne rendra pas ses jambes à un paraplégique, mais lui permettra de mieux vivre cette épreuve…
Les spécialistes des troubles du comportement alimentaire ont, de leur côté, constaté que l’obésité et l’anorexie pouvaient aussi parfois être liées à un traumatisme dans l’enfance ou à un événement particulier.
"L’EMDR aide à remonter jusqu’à la cause", explique le Dr Sylvain Iceta, psychiatre au centre de référence des troubles alimentaires des HCL. "La technique permet aussi de surmonter le traumatisme lié à l’obésité elle-même, comme les humiliations, la perte d’estime de soi. Par ailleurs, l’EMDR est efficace pour se libérer de l’addiction et de son cercle vicieux"A ce titre, les équipes d’addictologie HCL se servent de l’EMDR tout comme la cellule d’urgence psychologique qui se déplace après les attentats…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.