Travail et handicap : l’engagement des Hospices Civils de Lyon

Aménagements de postes, acquisition de prothèses auditives, langue des signes, aide au transport… Depuis 2008, date de la 1ère convention passée entre le Fonds pour l'Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP) et les Hospices Civils de Lyon (HCL), l’établissement a mené plus de 200 actions individuelles en faveur du recrutement et du maintien dans l’emploi des professionnels de santé en situations de handicap. Renouvelé sur 2013-2015, l’accord prévoit une dotation de 2 millions d’euros pour aider les agents des HCL à rester le plus longtemps possible en activité, dans de bonnes conditions. Le taux d’emploi des personnes handicapé aux HCL est de 6,36

Aménagements de postes, acquisition de prothèses auditives, langue des signes, aide au transport… Depuis 2008, date de la 1ère convention passée entre le Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP) et les Hospices Civils de Lyon (HCL), l’établissement a mené plus de 200 actions individuelles en faveur du recrutement et du maintien dans l’emploi des professionnels de santé en situations de handicap.  Renouvelé sur 2013-2015,  l’accord prévoit une dotation de 2 millions d’euros pour aider les agents des HCL à rester le plus longtemps possible en activité, dans de bonnes conditions. Le taux d’emploi des personnes handicapé aux HCL est de 6,36 %, un taux légèrement supérieur au taux légal de 6% imposé  aux fonctions publiques*. Chaque année, les HCL recrutent 15  personnels handicapés et maintiennent dans l’emploi 90 agents présentant un nouveau problème de handicap. Les HCL s’engagent aussi à développer la sous-traitance avec le secteur adapté (ESAT)*, ce qui a déjà démarré en 2012 dans le secteur des archives.
Depuis 3 ans, plus de 200 personnes ont bénéficié d’un accompagnement individualisé…
La convention 2008-2011, d’un montant de 547 000 euros a permis de réaliser 180 actions individuelles : aménagements/adaptations de poste, acquisition de prothèses auditives, mise en place de formation de compensation du handicap, aide aux transports professionnels ou aux transports domicile-travail, aménagements de véhicule, interprétariat en langue des signes, bilan de compétences et accompagnement d’agents souffrant de troubles psychiques et cognitifs.
Sur 547 000 euros, 212 000 euros ont été consacrés à l’aménagement des postes de travail des masseurs kinésithérapeutes déficients visuels.

Une convention de transition, portant sur l’année 2012, d’un montant de 150 000 euros, a permis de poursuivre les actions engagées et de réaliser ainsi 87 nouvelles actions individuelles. Chacune étant coordonnée par une équipe pluridisciplinaire avec la recherche constante d’un équilibre entre la situation de santé et le poste de travail.
La nouvelle convention 2013 – 2015 : 2 modes de financement pour un montant total de 2 038 000 euros
Dans le cadre de la convention 2013-2015, le FIPHFP verse une subvention aux HCL d’un montant de 1 426 000 euros et un financement qui transite par l’Association Nationale pour la Formation Permanente du Personnel Hospitalier (ANFH), d’un montant de 612 000 euros qui couvre une partie des rémunérations des personnels durant les périodes de reconversion et les périodes de formation liées à la compensation du handicap (tutorat..).. Une nouveauté dont les premiers bénéficiaires sont les agents aide- soignants ou agents de service hospitalier et les personnels ouvriers, qui du fait d’un problème de handicap au cours de leur carrière, sont dans l’incapacité de continuer à exercer leur métier d’origine.
En parallèle, les HCL mènent également un gros travail de prévention des risques professionnels (opérations de travaux, achat de matériel…).
Sous-traitance avec le secteur adapté, l’exemple des archives
En 2012 l’équipe de l’Établissement et service d’aide par le travail (ESAT) Léon Fontaine de Vaulx-en-Velin a organisé le tri des archives, préparation des cartons, mise en rayonnage … D’avril à octobre, les agents de l’ESAT ont déménagé 4,6 km d’archives sur le nouveau site.
*Pour la fonction publique hospitalière, la notion de handicap recouvre toute restriction d’aptitude médicalement justifiée qui conduit à un aménagement du poste et à une compensation des moyens

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.