Modernisation du CHUGA : un nouveau centre de gérontologie pour anticiper les besoins des personnes âgées

Capacité doublée atteignant 245 lits, structures innovantes, la construction du Centre de Gérontologie Sud 2 figure au rang des grandes opérations de modernisation menées au CHU Grenoble Alpes (CHUGA). Ce projet de 20 M€ propose une réponse d’ensemble aux problèmes de dépendance soulevés à chaque phase du vieillissement. Il comprendra plusieurs pôles spécialisés, d’Activité et de Soin Adapté (PASA), d’évaluation en ambulatoire et d’accueil de jour.

Capacité doublée atteignant 245 lits, structures innovantes, la construction du Centre de Gérontologie Sud 2 figure au rang des grandes opérations de modernisation menées au CHU Grenoble Alpes (CHUGA). Ce projet de 20 M€ propose une réponse d’ensemble aux problèmes de dépendance soulevés à chaque phase du vieillissement. Il comprendra plusieurs pôles spécialisés : Activité et de Soin Adapté (PASA), évaluation en ambulatoire et accueil de jour.
Selon les derniers chiffres de l’Institut National d’Etudes Démographiques, un habitant sur 5 est âgé de plus de 65 ans en France. Plus de la moitié d’entre eux a même au moins 75 ans. Ce vieillissement de la population se traduit inévitablement par une hausse importante de la dépendance des personnes âgées. C’est la raison pour laquelle le CHUGA s’engage aujourd’hui dans une restructuration importante de son activité gériatrie avec la construction du Centre de Gérontologie Sud 2. 
Inscrit comme une priorité du projet médical du CHUGA, le site regroupera l’ensemble des lits d’Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) et d’Unités de Soins de Longue Durée (USLD) en matière de gériatrie. L’opération prévoit la construction d’un bâtiment d’une capacité de 120 lits qui sera relié au Centre Gérontologique Sud existant (125 lits) de façon à former un ensemble homogène et performant. En conséquence, l’EHPAD de La Bâtie à Saint-Ismier ainsi que le pavillon Chissé (site nord, La Tronche) seront fermés.
Avec ce projet, la prise en charge de la gériatrie au CHUGA se diversifie : sur les 80 lits d’EHPAD, 15 seront transformés en unité psycho-gériatrique. Le Centre abritera également des structures innovantes telles qu’un Pôle d’Activité et de Soin Adapté (PASA) ou encore un pôle d’évaluation en ambulatoire et en accueil de jour.
Au CHUGA,  l’offre de gériatrie sera donc répartie sur deux sites principaux selon des orientations différentes et complémentaires :
– sur le site nord (La Tronche) : activité de court séjour, Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) médicalisés dont l’Unité Cognitive Comportementale (UCC), les consultations, l’Hôpital De Jour (HDJ), les équipes mobiles ;
– sur le site sud (Echirolles) : activité majoritairement centrée sur l’accueil des patients lourds en USLD, Unité d’Hébergement Renforcé (UHR) et EHPAD.
Evoluant à terme vers un accueil de plus en plus médicalisé, le nouveau CGS 2 anticipe le vieillissement annoncé de la population du bassin de santé. En investissant 20 M€ dans ce projet d’ampleur, le CHUGA marque aussi sa volonté d’améliorer la qualité de prise en charge et de vie des résidents.
Les patients de gériatrie et les résidents en EHPAD vivront cet équipement principalement de l’intérieur : le concepteur a cherché à créer une entité unique, à regrouper les activités dans des lieux de vie agréables, lumineux, confortables, à proposer une architecture fonctionnelle avec des surfaces adaptées et à limiter les distances à parcourir pour le personnel.
La livraison de ce nouveau bâtiment intégrant un programme d’exigences de qualité environnementale (gestion de l’énergie, confort hygrothermique et gestion des déchets notamment) est prévue pour septembre 2017.

Le futur Centre de Gérontologie Sud 2 en chiffres 

–       Une capacité quasi doublée (245 lits contre 125 actuellement sur le site sud)
–       Des espaces extérieurs
–       Des conditions d’accessibilité soignées pour les personnes à mobilité réduite
–       Des lieux de vie agréables, lumineux, confortables tant pour les résidents que les personnels
–       Des chambres individuelles avec salle de bain

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.