Tremblement essentiels : les CHU acteurs phares de la recherche

Meilleure classification des troubles, nouveau traitement par stimulation transcrânienne… Les neurologues des CHU font avancer la recherche contre le tremblement essentiel, maladie neurologique et génétique qui éprouve 300 000 personnes en France.

Meilleure classification des troubles, nouveau traitement par stimulation transcrânienne… Les neurologues des CHU font avancer la recherche contre le  tremblement essentiel, maladie neurologique et génétique qui éprouve 300 000 personnes en France.
Le tremblement essentiel concerne les femmes comme les hommes et peut apparaître dès l’enfance. Cette maladie invalidante s’aggrave avec le temps. Se raser, se laver les dents, se maquiller, boutonner une chemise, lacer ses chaussures, mettre une clé dans une serrure, se nourrir, utiliser une carte bleue, écrire, utiliser une souris d’ordinateur, bricoler, coudre… Lorsque l’on est atteint d’un tremblement essentiel, tous les gestes de la vie courante deviennent difficiles voire impossibles.
On ne sait ni guérir le tremblement essentiel ni enrayer son évolution ; on sait seulement soulager partiellement les symptômes et ainsi améliorer la qualité de vie de la personne malade. D’où l’importance de la recherche. Les équipes hospitalo-universitaires travaillent à l’indentification des gènes responsables du tremblement essentiel, ce qui permettra de développer des traitements spécifiques pour guérir la maladie. Elles veulent aussi comprendre les mécanismes cérébraux à l’origine du tremblement essentiel afin de mettre au point des traitements plus efficaces des symptômes de la maladie.
Les chercheurs sont soutenus par Aptes, seule association dédiée au tremblement essentiel en France. Créée en 2004 pour répondre au besoin d’information, d’écoute et d’accompagnement des personnes touchées par cette pathologie invalidante, elle réunit aujourd’hui plus de 1 200 adhérents en France, en Suisse et au Québec. Grâce aux dons de ses adhérents et de ses partenaires, la majorité des projets de recherche sur le tremblement essentiel en France est financée par Aptes. L’association a recueilli plus de 120 000 euros en 4 ans.
Le Conseil scientifique de Aptes, présidé par les professeurs Emmanuel Broussolle (service de neurologie de l’hôpital Pierre Wertheimer, Lyon) et Marie Vidailhet (fédération de neurologie de l’hôpital de La Pitié Salpêtrière à Paris), détermine les axes de recherche.
Les dernières études scientifiques financées par Aptes
Thérapeutique expérimentale du tremblement essentiel par la stimulation trans-crânienne par courant direct (TDCS) du cortex cérébelleux et du cortex moteur. Etude exploratoire -Emmanuelle Apartis-Bourdieu
CRICM INSERM/UPMC UMR_S975/CNRS UMR7225 – Équipe du Professeur Marie Vidailhet – Institut du cerveau et de la moelle épinière Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris
Classification phénotypique des tremblements posturaux d’allure essentielle. Étude multicentrique -Christine Tranchant
Service de neurologie – Hôpitaux Universitaires de Strasbourg
Decision-making and emotion recognition in essential tremor – Wassilios Meissner Service de neurologie – hôpital du Haut-Lévêque – CHU de Bordeaux
Dysfonctionnement cérébelleux dans le tremblement essentiel: une étude oculomotrice – David Grabli
Équipe Ganglions de la base et motricité (Professeur Marie Vidailhet) – Centre de recherche de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (CRICM) – UPMC / INSERM UMR_S975/CNRS UMR 7225 – Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris Identification des bases moléculaires impliquées dans le tremblement essentiel familial par des études de liaison génétique et par l’analyse de gènes candidats – Mathieu Anheim INSERM U975 – Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris
Thérapeutique expérimentale du tremblement essentiel et du tremblement orthostatique par la stimulation magnétique transcrânienne répétée à basse fréquence (rTMS) du cervelet. Étude pilote – Sabine Meunier
INSERM U731/UPMC – Médecine physique et réadaptation – Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris
Les noyaux profonds cérébelleux : une cible potentielle dans le traitement du tremblement essentiel ? – Mario Manto Laboratoire de neurologie expérimentale – Hôpital Érasme, Bruxelles

Le conseil scientifique de Aptes
•Pr Emmanuel BROUSSOLLE, chef de service de neurologie au CHU de Lyon, président du Conseil scientifique,
•Pr Marie VIDAILHET, chef de service de neurologie à la Pitié-Salpêtrière, vice-présidente du Conseil scientifique,
•Pr Emmanuelle APARTIS, neurologue, sce de physiologie, hôpital St Antoine à Paris,
•Pr Philippe DAMIER, chef de service de neurologie au CHU de Nantes,
•Pr Franck DURIF, chef de service de neurologie CHU de Clermont-Ferrand,
•Dr Alexandra DURR, spécialiste de génétique à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris,
•Dr Michel GONCE, secrétaire du Club des mouvements anormaux (CMA), neurologue, Liège
•Dr Carine KARACHI, neurochirurgien à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris,
•Pr Pierre KRYSTKOWIAK, neurologue au CHU d’Amiens,
•Pr Pierre POLLAK, neurologue aux HUG de Genève (Suisse),
•Pr Marc VÉRIN, chef du service neurologie au CHU de Rennes,
•Dr Tatiana WITJAS, neurologue, APHM La Timone à Marseille.
En savoir plus sur Aptes – Association des personnes concernées par le tremblement essentiel www.aptes.org
Aptes info service 0 970 407 536 (écoute, conseil, orientation)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.