Trois recherches infirmières et paramédicales à l’honneur

Le 1er congrès francophone de la recherche infirmière et paramédicale organisé par le CHU d’Angers met en lumière toute la richesse et l’impact des études conduites au plus près du patient par les infirmiers et paramédicaux. Le jury a décerné 3 prix récompensant 3 recherches emblématiques parmi les 50 candidatures reçues de Belgique, du Cameroun, du Canada, de France, du Liban, du Luxembourg, de Suisse, de Tunisie...

Le 1er congrès francophone de la recherche infirmière et paramédicale organisé par le CHU d’Angers met en lumière toute la richesse et l’impact des études conduites au plus près du patient par les infirmiers et paramédicaux.  Le jury a décerné 3 prix récompensant 3 recherches emblématiques parmi les 50 candidatures reçues de Belgique, du Cameroun, du Canada, de France, du Liban, du Luxembourg, de Suisse, de Tunisie…

Prix du jeune chercheur  
« Des erreurs d’administration de médicaments et notamment de dosage surviennent avec des conséquences parfois lourdes ». Très conscientes de ce risque, les infirmières ont développé des mécanismes de sécurisation lors de la préparation médicamenteuse. C’est par le doute et la manière dont les infirmières les régulent que les erreurs potentielles sont prévenues. Pour la 1ère fois en France une recherche s’intéresse aux attitudes et comportements des infirmières et propose des pistes de prévention en repensant la formation des soignants. 
Daniel Benlahouès a mené une enquête qualitative auprès d’infirmières de réanimation et de différentes spécialités (entretiens, film…) sur la pratique du calcul de dose médicamenteuse et la gestion du risque . De ces constats, il ressort que le calcul de dose ne relève pas seulement  des  mathématiques mais aussi d’une maîtrise des compétences pragmatiques. D’où l’importance de revoir les modes d’enseignement, de tutorat et d’évaluation. 
Titre du poster : Une pratique mathématique en contexte professionnel :  le cas des calculs de doses médicamenteuses et soins infirmiers  
Daniel Benlahouès, cadre de santé, formateur à l’IFSI Bicêtre, titulaire d’un master recherche et professionnel en sciences de l’éducation, chercheur en didactique professionnelle, il a déposé un projet de thèse dans le cadre de l’appel à candidature pour une bourse doctorale de l’AP-HP.

Prix scientifique du jury 
Manager de manière directive ou participative ? La qualité de la prise en charge du patient est fortement liée à l’organisation du travail, elle-même influencée par l’éthique du manageur.
Le choix entre management directif ou management participatif est lié à la culture et aux valeurs du cadre de santé. Ainsi, la conviction du bien agir devient une norme pour l’équipe et fonctionne dans un mode de management plutôt directif. A contrario, la réflexion oriente vers un management participatif qui donne une place prépondérante à la discussion. 
Titre du poster : Entre management directif et participatif : rôle de l’éthique normative ou réflexive dans le management des cadres de santé   
Isabelle Duguey, IADE de formation, cadre de santé exerce au département anesthésie-réanimation CRLCC Institut Bergonié à Bordeaux (33) 
Jérôme Foucaud, docteur en sciences de l’éducation, laboratoire de recherche ACTé, Université de Clermont-Ferrand (63), chargé d’expertise scientifique en promotion de la santé à l’INPES. 
 
Prix de l’innovation et du développement 
La ventilation mécanique non invasive est un traitement de la détresse respiratoire aigue. Dans ce contexte d’urgence où chaque détail compte, la compétence des soignants, le choix des dispositifs médicaux revêtent une importance cruciale.  Forts de leur expertise cardio-respiratoire, les kinésithérapeutes du CHU Vaudois de Lausanne démontrent dans cette étude l’importance du choix du matériel et de son adaptation à l’évolution clinique du patient.  
Titre du poster : Le placement d’un filtre antibactérien dans le circuit de ventilateurs à turbine utilisés pour délivrer de la ventilation non invasive entraine une augmentation de la résistance du circuit et une perte de pression significatives 
David Thévoz, kinésithérapeute, Julien Simons, kinésithérapeute, Service de physiothérapie cardio-respiratoire, CHUV de Lausanne 
Lise Piquilloud, médecin-réanimateur, chef de clinique, Pr Philippe Jolliet, et chef de service, Jean-Pierre Revelly, médecin-cadre, Service de médecine intensive adulte, CHUV de Lausanne

La recherche en soins une recherche médicale à part entière* 
Au croisement des sciences humaines, de la sociologie, de la philosophie et des connaissances scientifiques, la recherche en soins s’inscrit dans un vaste mouvement d’émancipation de la nouvelle génération des paramédicaux, d’affirmation de leur expertise et de leur rôle singulier et précieux aux côtés du patient. L’essor  de cette activité nouvelle est soutenu par de profondes évolutions dans l’enseignement et les pratiques : universitarisation du cursus soignant, apparition de nouvelles fonctions d’infirmiers cliniciens, collaborations pluri-professionnelles et délégations de tâches…

Journées francophones de la recherche en soins : rendez-vous biennal de l’excellence en soins 
Organisées par le CHU d’Angers, sous le haut patronage du Ministère de la santé et parrainé par la Haute Autorité en santé, la Fédération Hospitalière de France et les universités, les journées francophones de la recherche en soins se sont déroulées pour la première fois en 2013. Elles ont rassemblé 500 professionnels de santé, chercheurs, industriels, prestataires de santé à domicile, étudiants – de tous horizons, de Belgique, Cameroun, Canada, France, Liban, Luxembourg, Suisse, Tunisie… Venus assister aux conférences et prendre part aux ateliers, ils ont pu créer de nouveaux réseaux, définir ensemble de nouvelles thématiques de recherches multicentriques et découvrir une collection unique de 50 posters de recherche en soins et autant de trajectoires originales de soignants inscrits dans une dynamique de progrès.

Angers, capitale de la recherche en soins 
Ce n’est pas un hasard si ces premières journées francophones sont nées à Angers. En effet Yann Bubien, actuel directeur général du CHU d’Angers, a été promoteur en 2009 du programme hospitalier  de la recherche infirmière et paramédicale français, cela dans le cadre de ses missions au ministère de  la Santé. « Chaque maillon de la chaine des soins doit tendre vers l’excellence. Elle doit contribuer à rendre les traitements plus efficaces, plus sûrs et mieux tolérés en lien avec le patient co-acteur de ses soins. En organisant cette rencontre francophone, le CHU d’Angers offre une vitrine internationale aux chercheurs paramédicaux. Jusqu’à présent leurs études n’étaient reconnues que dans le cadre très sélectif des programmes hospitaliers financés par la sécurité sociale ou des appels à projets internes lancés par des hôpitaux –principalement des CHU. Par ce congrès, le CHU d’Angers soutient une dimension importante de la recherche : sa  diffusion auprès du plus grand nombre et fait vivre la culture de la qualité optimale. » se réjouit Yann Bubien, directeur général du CHU d’Angers et promoteur de ces rencontres désormais biennales.  

Prochain rendez-vous les 9 et 10 avril 2015
 
*Selon la définition donnée par le Pr Mercat, Responsable du Centre de Recherche Clinique et de l’innovation, Chef de pôle du Pôle médecines spécialisées et intensives au CHU d’Angers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.