Troisième poumon : l’exploit des équipes chirurgicales du CHU

Deux patients en détresse respiratoire aigue admis en réanimation au CHU de Fort-de-France ont pu être sauvés grâce à une assistance extra-corporelle prolongée sorte de troisième poumon externe. Cette technique délicate est utilisée quand les traitements habituels n'apportent pas suffisamment d'oxygène à l'organisme pour maintenir le patient en vie. Peu d'équipes françaises maîtrisent ce protocole.

Deux patients en détresse respiratoire aigue admis en réanimation au CHU de Fort-de-France ont pu être sauvés grâce à une assistance extra-corporelle prolongée sorte de troisième poumon externe. Cette technique délicate est utilisée quand les traitements habituels n’apportent pas suffisamment d’oxygène à l’organisme pour maintenir le patient en vie. Peu d’équipes françaises maîtrisent ce protocole.

Le premier patient a été mis sous assistance respiratoire extra-corporelle durant 12 jours et le second pendant 18 jours. La machine a pu être retirée lorsque les poumons ont de nouveau fonctionné correctement. Actuellement, les patients encore convalescents sont dans un état satisfaisant.

Il s’agit d’une réussite multidisciplinaire pour laquelle les équipes du Dr H. Médahoui, chef de service en réanimation et celle du Professeur F. Roques, chef de service de chirurgie thoracique et cardiaque (anesthésistes et chirurgiens) ont uni leurs efforts. Sollicitées 24h/24, leur mobilisation a permis de sauver les deux vies alors qu’en règle générale les effets secondaires limitent les taux de réussite à 50%.

Cette technique n’est pas en soi une méthode révolutionnaire. Les essais tentés dans les années 1980 avaient montré un taux d’échec et de mortalité beaucoup trop important conduisant les équipes médicales à la délaisser au profit de techniques plus traditionnelles.

Depuis, le progrès technique a proposé un matériel plus fiable et miniaturisé relançant ainsi l’engouement des professionnels.
Selon le Pr F. Roques, aujourd’hui, de nouvelles applications sont envisagées : autres pathologies cardiaques, chocs toxiques voire greffe cardiaque. Les recherches se poursuivent…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.