Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité : une appli d’aide aux devoirs

Les enfants présentant un trouble déficitaire de l’attention ou une hyperactivité (TDA/h) vivent le temps des devoirs à la maison comme une épreuve en soi, source de tensions et de conflits avec leurs parents. Pour en limiter l'impact et le stress, Laurence Ollivier, orthophoniste et Maxime Vrillaud, psychomotricien au CHU de Nantes ont développé une prise en charge originale basée sur l’utilisation d’une application Panda/H. L'objectif est d'accompagner l’élève et d'alléger l’intervention familiale.

Les enfants présentant un trouble déficitaire de l’attention ou une hyperactivité (TDA/h) vivent le temps des devoirs à la maison comme une épreuve en soi, source de tensions et de conflits avec leurs parents. Pour en limiter l’impact et le stress, Laurence Ollivier, orthophoniste et Maxime Vrillaud, psychomotricien au CHU de Nantes ont développé une prise en charge originale basée sur l’utilisation d’une application Panda/H. L’objectif est d’accompagner l’élève et d’alléger l’intervention familiale.
Leur démarche a débuté par le dépôt d’un premier Programme Hospitalier de Recherche Clinique. Et c’est finalement grâce à l’aide de trois étudiants de Polytech Nantes et des illustrations d’une lycéenne que le projet s’est concrétisé.
Le principe est simple, lorsque l’enfant rentre chez lui et doit faire ses devoirs, il est guidé par l’application. Celle-ci prend en compte le lieu de travail, le matériel nécessaire, les aides possibles et le temps de travail. Ces informations sont renseignées lors des rencontres familiales avec les professionnels paramédicaux du service. L’accompagnement se fait de manière ludique et sereine. L’enfant est valorisé dans son savoir-faire et son savoir-être d’apprenant.
Cette application est actuellement testée auprès de patients déjà suivis dans le service. L’usage de l’appli par l’écolier est étudié à travers le recueil sécurisé de données telles que le temps de devoir, la demande d’aide, l’organisation des outils de travail…. Les professionnels sont également très attachés au retour d’expérience des parents quant à l’observation de l’environnement familial. Les critères du questionnaire généré par l’appli portent sur la diminution  des conflits, la réponse à la demande d’aide, le mieux être familial, l’amélioration de l’organisation…
Ce premier développement fera l’objet d’une étude clinique qui permettra d’obtenir un financement pour le développement d’une version plus aboutie ainsi que d’une version pour l’enseignement secondaire.
Pour le moment, l’application ne fonctionne que sur Android. Elle est actuellement en phase de test pour les enfants scolarisés au primaire. L’équipe espère pouvoir développer une version qui s’adressera aux élèves du secondaire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.