Troubles de l’apprentissage chez l’enfant : MEDI SCOL 34 le nouveau centre pluridisciplinaire

Dyslexie, dyspraxie, dyscalculie, environ 7 à 10% des 4-18 ans éprouvent des difficultés à apprendre à lire, à écrire, à calculer, à s’exprimer ou encore à se concentrer. A ces troubles d'apprentissage, difficiles à vivre pour les élèves comme pour leurs parents s'ajoutent des dysfonctionnements importants dans la coordination des soins soins spécialisés : délais d’attente souvent trop longs pour la phase d’évaluation diagnostique, manque de coordination/coopération entre les professionnels concernés… Pour palier ces difficultés,

Dyslexie, dyspraxie, dyscalculie, environ 7 à 10% des 4-18 ans éprouvent des difficultés à apprendre à lire, à écrire, à calculer, à s’exprimer ou encore à se concentrer. A ces troubles d’apprentissage, difficiles à vivre pour les élèves comme pour leurs parents s’ajoutent des dysfonctionnements importants dans la coordination des soins spécialisés : délais d’attente souvent trop longs pour la phase d’évaluation diagnostique, manque de coordination/coopération entre les professionnels concernés… Pour palier ces difficultés, : délais d’attente souvent trop longs pour la phase d’évaluation diagnostique, manque de coordination/coopération entre les professionnels concernés… Pour palier ces difficultés, le comité de pilotage de l’association READ LR (Réseau d’Aide aux Enfants et Adolescents en Difficulté scolaire du Languedoc-Roussillon) présidé par le Dr Christian Masri, pédiatre attaché au département de médecine psychologique et adolescents (MPEA) de l’hôpital Saint Eloi au CHRU de Montpellier, travaille depuis 2010 à la mise en place d’un réseau de santé régional. Son ambition : optimiser le dépistage, le diagnostic et le traitement des troubles d’apprentissages. Ce dispositif se veut être à la fois un réseau de soins pour les patients/élèves/familles mais aussi un réseau d’appui à la coordination/coopération pour les professionnels.
A Castelnau le lez, un dispositif libéral unique en France, nommé MEDI-SCOL 34, dédié à la prise en charge de ces troubles, a vu le jour depuis quelques mois. Composée de 2 médecins, 1 orthophoniste, 3 psychologues, 2 psychomotriciens, une équipe d’ergothérapeutes et 1 éducatrice, cette structure pluridisciplinaire intermédiaire (niveau II) entre le CHU (niveau III) et le cabinet du médecin, de l’orthophoniste…etc. (niveau I) s’intègre complètement dans le projet READ LR.
L’expertise pluridisciplinaire de l’équipe porte sur l’évaluation diagnostique et/ou la prise en charge et comprend des séances de rééducation, des aménagements scolaires ou une offre de guidance parentale.
Parmi les troubles d’apprentissage on retrouve la dyslexie (trouble spécifique de la lecture), la dyspraxie (trouble d’acquisition des coordinations), la dyscalculie (trouble de l’activité numérique), la dysphasie (trouble spécifique du langage oral) et le trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité. Ces troubles empêchent l’acquisition des notions de base de français et de mathématiques. Ils sont un frein au développement de la personnalité de l’enfant et à sa réussite scolaire. A terme c’est son intégration sociale et sa future insertion professionnelle qui se jouent.
Pour en savoir plus
http://www.mediscol34.fr/contact/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Panneau photovoltaïque

Le CHU durable, ou la nécessité de se tourner vert l’avenir

Installation de panneaux photovoltaïques, réduction des déchets, plan d’actions quinquennal etc. Comme d’autres établissements en France, et dans une période de nécessaire appropriation de solutions durables, le CHU de Clermont-Ferrand a pris le train en marche de l’éco-responsabilité. Si beaucoup reste à faire, quelques initiatives sont déjà à mettre à son crédit.

Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.