Troubles du comportement alimentaire, Saint-Etienne 1er centre référent

Anorexie mentale, boulimie... le CHU de Saint-Etienne a été choisi par la région pour devenir centre référent pour les Troubles du Comportement Alimentaire (TCA). L’unité a ouvert ses portes à l’hôpital Nord le 7 septembre 2015. Ses missions : l'accueil, le diagnostic pluridisciplinaire, l’orientation et le suivi au long cours, à la fois somatique et psychique des patients, de la Loire, de la Drôme et l’Ardèche.

Anorexie mentale, boulimie… le CHU de Saint-Etienne a été choisi par la région pour devenir centre référent pour les Troubles du Comportement Alimentaire (TCA). L’unité a ouvert ses portes à l’hôpital Nord le 7 septembre 2015. Ses missions : I’accueil, le diagnostic pluridisciplinaire, l’orientation et le suivi au long cours, à la fois somatique et psychique des patients, de la Loire, de la Drôme et l’Ardèche.
 
Une prise en charge pluridisciplinaire pour des troubles répandus
Depuis le 7 septembre, le centre référent pour le traitement des Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) a ouvert ses portes à l’hôpital Nord. Ces troubles induisent des désordres somatiques et psychologiques et touchent 2.5% de la population générale (proportion variable suivant les tranches d’âge). Les personnes de sexe féminin entre 15 et 35 ans sont les plus touchées, ainsi que 1% des adolescents. Les garçons et les enfants jeunes sont parfois concernés, avant même leur développement pubertaire. La prévalence des troubles augmente au fil du temps et leur pronostic peut être grave.
Tous les patients (hors nourrisson) souffrant d’anorexie mentale, de boulimie ou d’EDNOS (trouble non spécifique du comportement alimentaire) sont reçus. En revanche, le centre n’a pas vocation à accueillir les patients souffrant de surpoids et d’obésité sans TCA ni les personnes se préoccupant d’une alimentation équilibrée
La prise en charge des TCA doit être aussi précoce que possible, afin de permettre une évolution favorable. Le traitement de ces troubles est difficile et doit s’exercer sur plusieurs années, de manière pluridisciplinaire. Des équipes bien structurées de psychiatres et de médecins somaticiens participent à leur prise en charge. 
 
Un meilleur accès aux soins pour les patients
Ce centre référent unique recevra les patients adressés par les médecins traitants et autres structures de soins. Des collaborations avec les hôpitaux, les établissements privés et les médecins libéraux se mettent en place afin d’organiser au mieux le parcours du patient. Ainsi, le centre référent est en contact régulier avec les lieux d’écoute des adolescents ou des adultes, les associations de patients ou de parents. 
 
Une prise en charge spécialisée
Après une première consultation médicale et psychiatrique, un bilan complet somatique et psychologique sera réalisé. Ce bilan peut déboucher sur une prise en charge pluridisciplinaire dans le service de soin le plus adapté : endocrinologie, pédiatrie, psychiatrie. Le suivi, d’une durée variable, est réalisé en collaboration avec le médecin qui a adressé le patient. 
 
Une organisation régionale et une impulsion au CHU de Saint-Etienne
L’Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes (ARS) contribue à l’ouverture des centres référents TCA au niveau de chaque CHU de la région. Le travail a débuté en décembre 2013, afin de structurer la filière de soins et débouche en septembre 2015 sur la création de centres de référence, disposant de moyens spécifiques.

Centre référent TCA
Hôpital Nord, rez-de-chaussée, bâtiment A/B,
Du lundi au vendredi de 9h à 16h.
CentreTCA@chu-st-etienne.fr
Tel : 04.77.82.93.90
Fax : 04.77.82.93.97
 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.