Troubles obsessionnels compulsifs traités par électrodes : 1er succès

Publiés dans le New England Journal of Medicine les résultats d'un essai clinique mené sur 16 patients présentant un trouble obsessionnel compulsif sévère sont un espoir pour les cas les plus graves. « Les effets sont spectaculaires. Chez certains les troubles ont presque totalement disparu.» rapporte avec enthousiasme le Dr Luc Mallet du Centre d'Investigation Clinique du CHU Pitié-Salpêtrière.

Publiés dans le New England Journal of Medicine les résultats d’un essai clinique mené sur 16 patients présentant un trouble obsessionnel compulsif sévère sont un espoir pour les cas les plus graves. « Les effets sont spectaculaires. Chez certains les troubles ont presque totalement disparu.» rapporte avec enthousiasme le Dr Luc Mallet du Centre d’Investigation Clinique du CHU Pitié-Salpêtrière.

L’essai clinique coordonné par l’équipe Avenir « Behavior, Emotion, and Basal Ganglia » du Dr Mallet à la Pitié-Salpêtrière, a rassemblé les équipes de 10 CHU(1). Seize patients, répartis dans 10 CHU français ont été sélectionnés pour l’implantation chirurgicale d’une électrode dans chaque noyau subthalamique. Pendant 10 mois, ils ont été suivis par les médecins, psychiatres et chercheurs impliqués dans le protocole. Après l’intervention et au terme de 3 mois de stimulation active, 7 patients sur 10 ont montré une réponse au traitement et une amélioration de leur état : plus de 25% de leurs symptômes ont disparu. L’évaluation de l’efficacité du traitement a porté également sur la capacité du patient à retrouver une vie de famille, à tisser de nouveaux liens sociaux, ou à reprendre une activité professionnelle. Après 3 mois de stimulation active, 6 patients sur 10 atteignent un fonctionnement global satisfaisant avec une gêne seulement modérée du fait de la maladie. Seulement 12% d’entre eux atteignent ce niveau avec une stimulation placebo ;

Cette technique neurochirurgicale pourrait aussi être efficace contre la maladie de Gilles de la Tourette.

La prudence est cependant de mise. Le traitement nécessite encore quelques ajustements comme l’amélioration de la finesse des paramètres de stimulation, la nécessité d’acquérir une connaissance très pointue de la cartographie des noyaux sous-thalamiques. Enfin, un suivi psychiatrique et psychologique très régulier est toujours indispensable, avant comme après l’opération.

A l’origine de cette recherche une observation fortuite réalisée en 2002 a montré qu’à la suite d’un traitement neurochirurgical par implantation d’électrode intracérébrale, deux patients parkinsoniens avaient vu leurs TOC diminuer de façon importante.

La stimulation cérébrale profonde
Technique neurochirurgicale, la stimulation cérébrale profonde consiste à implanter deux électrodes dans le cerveau et à les relier à un stimulateur implanté sous la peau. Véritable pacemaker, ce stimulateur délivre un courant électrique continu qui module les séquences de signaux anormaux émis par le cerveau. L’électrode contient 4 contacts différents espacés de deux millimètres. Chaque contact peut être stimulé indépendamment des autres. Utilisée avec succès depuis la fin des années 1980 dans le traitement de la maladie de Parkinson, les chercheurs de l’Inserm prouvent que cette technique est aussi efficace pour traiter les formes les plus sévères de trouble obsessionnel compulsif. Toutefois, la stimulation cérébrale profonde reste une opération et présente des risques inhérents à toute intervention neurochirurgicale.

Les troubles obsessionnels compulsifs
Les TOC touchent 2 % de la population et entrent dans la catégorie des troubles psychiatriques. Les symptômes de cette névrose obsessionnelle se manifestent par des pensées obsédantes et des actes répétitifs involontaires et incoercibles. Il s’agit de la 4e pathologie psychiatrique la plus fréquente après les troubles phobiques, les troubles liés à l’alcool et aux drogues et les troubles dépressifs. Les malades sont obsédés par la propreté, l’ordre, la symétrie, ou bien ils sont envahis de doutes et de peurs irrationnels. Pour réduire leur anxiété, ils effectuent des rituels de rangement, de lavage ou de vérification durant plusieurs heures chaque jour dans les cas graves. Ces signes entraînent une souffrance et un handicap importants, souvent pendant des années, et ne doivent pas être confondus avec des traits de la personnalité obsessionnelle, perfectionniste et méticuleuse.

La maladie de Gilles de la Tourette
La maladie de Gilles de la Tourette est la résultante d’un dysfonctionnement conjoint des territoires limbiques et des ganglions de la base du cerveau. Cette maladie est caractérisée
par des tics moteurs et vocaux. Chez les patients atteints des formes les plus sévères, les médicaments restent sans effet

(1)Les 10 CHU participants
Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris 6), Hôpital Saint-Anne (Paris 5), CHU de Bordeaux,Clermont-Ferrand, Grenoble, Nantes, Nice, Poitiers, Rennes, Toulouse.

Contacts chercheurs:
Luc Mallet

Inserm Avenir Team IFR 70 – Behavior, Emotion, and Basal Ganglia
Centre d’Investigation Clinique – CHU Pitié-Salpêtrière
luc.mallet@psl.aphp.fr
Tel: 01 42 16 19 50/ 12 33
bebg.chups.jussieu.fr

Antoine Pelissolo
Service de psychiatrie adulte – CHU Pitié-Salpêtrière
antoine.pelissolo@psl.aphp.fr
Tel: 01 42 16 12 33/ 18 25
Site de l’association française de personnes souffrant de TOC : aftoc.club.fr/index.php
Site de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière : www.icm-institute.org/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.

Dossier : l’arthrose

L’arthrose est une maladie articulaire qui touche dix millions d’individus en France. Si 65% d’entre eux ont plus de soixante-cinq ans, il n’en reste pas moins qu’une diversité de causes implique également le développement de la maladie chez les plus jeunes.

Jérôme Pourrat : « L’aumônier est un facteur de paix dans l’hôpital. »

Sensibiliser le personnel soignant et informer les patients sur leur droit au culte à l’hôpital public, et ce quelle que soit leur religion. C’est le quotidien de Jérôme Pourrat, aumônier depuis quatre ans au CHU de Saint-Étienne. Dans le cadre de notre série vidéo Les Chuchoteurs !, l’ex photographe a accepté de revenir sur son parcours et sur ses missions.