Tumeurs cérébrales : Lille s’équipe d’un Gamma Knife de dernière génération

Un Gamma Knife Icon® de dernière génération vient compléter le plateau technique du CHU de Lille qui s'était déjà doté d'un premier appareil de ce type en 2004*. Grâce à sa haute technologie, cet outil de radiochirurgie permet d’administrer avec une extrême précision, une forte dose de radiation en une seule séance sur les lésions à traiter, tout en allégeant au maximum la dose absorbée par les structures voisines et en limitant les effets secondaires de l’irradiation. Indolore, cette technique associe la précision mécanique à la sophistication du logiciel pour une sécurité renforcée pour le patient. Le nouveau Gamma Knife apporte des améliorations sensibles notamment sur les chirurgies complexes, rendant les interventions moins lourdes et moins invasives et limitant les suites opératoires ainsi que la durée de séjour.

Un Gamma Knife Icon® de dernière génération vient compléter le plateau technique du CHU de Lille qui s’était déjà doté d’un premier appareil de ce type en 2004*. Grâce à sa haute technologie, cet outil de radiochirurgie permet d’administrer avec une extrême précision, une forte dose de radiation en une seule séance sur les lésions à traiter, tout en allégeant au maximum la dose absorbée par les structures voisines et en limitant les effets secondaires de l’irradiation. Indolore, cette technique associe la précision mécanique à la sophistication du logiciel pour une sécurité renforcée pour le patient. Le nouveau Gamma Knife apporte des améliorations sensibles notamment sur les chirurgies complexes, rendant les interventions moins lourdes et moins invasives et limitant les suites opératoires ainsi que la durée de séjour.
Avec 7 500 patients pris en charge depuis 14 ans, les équipes de radiothérapie, neurochirurgie et neuroradiologie du CHU de Lille et du Centre Oscar Lambret ont acquis une expertise et développé un parcours de soins coordonné entre les deux établissements réunis au sein du Centre Régional de Référence en Cancérologie (C2RC). "Le Gamma Knife est utilisé pour traiter des pathologies diverses du cerveau, le plus souvent bénignes comme des tumeurs de petits volumes ou des malformations artério-veineuses, qui vont pouvoir être traitées sans ouvrir le crâne du patient et sans anesthésie générale" détaille le Pr Nicolas Reyns, Neurochirurgien du CHU de Lille. Les indications de la radiochirurgie portent notamment sur le traitement des malformations artério-veineuses cérébrales, des neurinomes du système auditif, des tumeurs bénignes de la base du crâne, de métastases cérébrales et de certains aspects de la neurochirurgie fonctionnelle (épilepsies pharmaco-résistantes, névralgies faciales, tremblements….) L’innovation apportée par ce nouvel équipement va permettre aux équipes de développer et élargir l’offre de prise en charge des patients souffrants de pathologies du cerveau.
Ce nouveau Gamma Knife Icon® est le 3ème équipement de ce type en France avec Marseille et Paris, et le seul au nord de Paris. Son investissement d’un montant de 4,7 millions d’euros, a été co-financé grâce au soutien du Conseil Régional des Hauts-de-France à hauteur de 940 000  euros. Après 2 mois de chantier et le feu vert des Autorités de Sûreté Nucléaire, ce fleuron technologique a accueilli ses premiers patients  mi-mars 2018.  
Retrouvez la vidéo de présentation du Gamma Knife Icon® 

Sur le même sujet 
*Inauguration à Lille du 2ème Gamma Unit de France – nov 2004 p12 
Opérationnel depuis janvier 2004 au CHRU de Lille, et deuxième appareil de ce type installé en France après Marseille, le Gamma Knife représente une avancée médicale majeure… https://www.reseau-chu.org/fileadmin/reseau-chu/user_upload/bulletin_semestriel/reseau_chu_18.pdf

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.