Tumeurs endocrines : Edouard Herriot, « Centre d’Excellence Européen »

Le service d’oncologie médicale de l’hôpital Edouard Herriot vient d’être confirmé "Centre d'Excellence Européen". Un label décerné par l'European Neuroendocrine Tumor Society (ENETS) après audit des équipes et des procédures concernant le recrutement, le diagnostic, les soins, l’implication dans la recherche clinique et l’information des médecins sur cette pathologie rare.

Le service d’oncologie médicale de l’hôpital Edouard Herriot vient d’être confirmé "Centre d’Excellence Européen". Un label décerné par l’European Neuroendocrine Tumor Society (ENETS) après audit des équipes et des procédures concernant le recrutement, le diagnostic, les soins, l’implication dans la recherche clinique et l’information des médecins sur cette pathologie rare.
En Europe, seuls 26 centres sont labellisés et en France, uniquement 2, Paris et Lyon. Cette sélection drastique confirme l’expertise du service lyonnais et renforce sa visibilité en tant que relais européen de premier plan. Les patients rhônalpins ont ainsi la garantie de bénéficier des  meilleurs standards de prise en charge multidisciplinaire et d’un accès facilité aux protocoles diagnostiques ou thérapeutiques innovants développés dans le cadre du réseau européen.
Les tumeurs neuroendocrines sont des tumeurs rares qui touchent une à trois personnes sur 100 000 par an en France. Potentiellement malignes, ces tumeurs évoluent en général lentement. Beaucoup de patients vivent la maladie de façon chronique. Dans certains cas, elle s’accompagne de symptômes invalidants dus à une sécrétion non contrôlée d’hormones (insuline et malaises hypoglycémiques, voire coma, sérotonine et bouffées de chaleur, diarrhées ; hypertension artérielle, malaises…). Il faut alors à la fois traiter la prolifération des cellules tumorales et la production inappropriée d’hormones.
Du fait de la rareté de la maladie et de l’importance de ces symptômes, les patients éprouvent un sentiment d’isolement. Pour soutenir les patients au quotidien, le centre de Lyon propose, au-delà d’une expertise médicale, l’intervention de réseaux et associations de proximité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.