TV et internet en libre accès au CHU de Rennes. On applaudit !

Critère de confort et de qualité de vie, la télévision et internet sont parfois les seuls liens du patient avec l’extérieur. Des services essentiels qui lui évitent de se sentir coupé du monde. Mieux, il retrouve à l’hôpital ses programmes préférés et son réseau de connexions. Jusqu’alors payants, la télévision (chaines nationales et TNT) et internet sont désormais proposés en libre accès par le CHU de Rennes depuis le 1er juillet 2013.

Critère de confort et de qualité de vie, la télévision et internet sont parfois les seuls liens du patient avec l’extérieur. Des services essentiels qui lui évitent de se sentir coupé du monde. Mieux, il retrouve à l’hôpital ses programmes préférés et son réseau de connexions. Jusqu’alors payants, la télévision (chaines nationales et TNT) et internet sont désormais proposés en libre accès par le CHU de Rennes depuis le 1er juillet 2013.

A Rennes, 4 personnes hospitalisées sur dix louent un téléviseur. Au prix de 4 euros / jour, 24 euros par semaine, auxquels il faut encore  rajouter la connexion wifi… la facture grimpait vite. Or la qualité et le coût de ces prestations sous-traitées à un prestataire extérieur étaient un motif d’insatisfaction pour plus  de la moitié des patients*. Le contrat d’exploitation du parc de 960 téléviseurs arrivant à terme, l’établissement a mené une réflexion sur la gestion et le coût des téléviseurs et l’accès à internet. Et c’est avec fierté que le CHU annonce la gratuité totale de l’accès à la télévision (chaines nationales et TNT) et à internet, depuis le 1er juillet. 

L’établissement a internalisé cette offre, favorisant la proximité et la rapidité d’intervention. La création d’un secteur maintenance a permis le reclassement de trois agents affectés à cette activité dans le cadre de leur retour à l’emploi. Ils interviennent pour dépanner, remettre en état, remplacer le matériel, ou encore informer et conseiller les professionnels du CHU et les utilisateurs sur le fonctionnement. L’accès à internet, sans assistance, se fait via le réseau Wifi du CHU, grâce aux codes d’accès propres à chaque patient, basés sur leur adresse e-mail. Un système d’identification et de traçabilité est installé en respect de l’obligation légale de tracer les connexions sur internet. Sur le plan économique, l’établissement a choisi d’assumer seul cet investissement qu’il ne reporte pas sur le patient, ni sur le forfait hospitalier ou le forfait de séjour.

Un investissement de 300 000 euros
Répondant à une attente maintes fois exprimée par les patients et leur famille, le CHU investira au total près de 300 000 €, qui seront amortis sur 6 années.

La téléphonie évolue également.
Le numéro est attribué au patient et non à sa chambre. Ainsi, il conserve un numéro d’appel direct, qui le suit pendant tout son séjour à l’hôpital. Il bénéficie de quelques minutes de communication gratuites. Au delà, les patients doivent s’acquitter d’un forfait de 5 euros minimum.
Le forfait de 5€ comprend 3€ d’abonnement et 2€ de crédit pour les communications sur poste fixe et GSM. A noter que les 2€ correspondent à environ 8h de communications nationales. Au-delà la personne hospitalisée devra souscrire à nouveau un crédit de communication auprès de la régie de l’hôpital. Pour les appels vers l’étranger, le patient doit passer par le standard du CHU.

 * source : enquête de satisfaction des usagers du CHU de Rennes – 2012

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.