Un 2ème Petscan en Lorraine

En 2006, le Service de Médecine Nucléaire du CHR de Metz-Thionville a fait l'acquisition d'un Petscan, le deuxième en Lorraine après Nancy. D'un coût total de 3,05 millions d'euros, le Petscan a été financé à hauteur de 66% par le Conseil Régional et le Conseil Général, de 24% par le CHR et de10% par la ligue contre le cancer. Des aménagements ont été nécessaires à son installation ; les travaux d'un montant de 840 000 euros ont été entièrement pris en charge par le CHR. 1 500 actes par an devront être réalisés pour rentabiliser cet investissement.

En 2006, le Service de Médecine Nucléaire du CHR de Metz-Thionville a fait l’acquisition d’un Petscan, le deuxième en Lorraine après Nancy. D’un coût total de 3,05 millions d’euros, le Petscan a été financé à hauteur de 66% par le Conseil Régional et le Conseil Général, de 24% par le CHR et de10% par la ligue contre le cancer. Des aménagements ont été nécessaires à son installation ; les travaux d’un montant de 840 000 euros ont été entièrement pris en charge par le CHR. 1 500 actes par an devront être réalisés pour rentabiliser cet investissement.

La Tomographie par Emission de Positons couplée au Scanner constitue une avancée considérable dans la prise en charge et le traitement des cancers. Diagnostiqués mieux et plus tôt, ils seront soignés plus efficacement tout en préservant le confort du malade.

Déroulement de l’examen
Le radioélément est injecté au patient, à jeun et au repos complet. L’examen commence environ une heure après. Le patient est allongé sur un plan coulissant centré dans un anneau cylindrique constituant le Petscan (gamma-caméra+scanner). L’enregistrement des rayonnements radioactifs permet de restituer des images qui subissent ensuite un traitement informatique. On obtient des visuels en couleurs et en trois dimensions qui donneront une idée de la consommation en glucose des organes étudiés. On sait que les cellules cancéreuses sont de plus grandes consommatrices de glucose que les cellules bénignes. La réalisation de l’examen PET nécessite habituellement au moins 3 heures. Cependant le patient n’est positionné sous la machine qu’entre 30 et 40 minutes..

Le petscan, un plus pour le diagnostic et l’évaluation du traitement contre le cancer. Grâce à ce nouvel équipement, les équipes pourront mesurer l’étendue de la pathologie, délimiter précisément les cibles à irradier, évaluer l’efficacité d’un traitement, identifier l’existence d’un éventuel foyer résiduel après traitement, détecter précocement les récidives, mieux différencier les tumeurs malignes des tumeurs bénignes et affiner la chimiothérapie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.