Un agent hospitalier du CHU donne sa moelle osseuse

Inscrit en 1993 sur le Registre France Greffe de Moelle qui compte près de 200 000 donneurs volontaires, Lucien T… 52 ans a donné sa moelle osseuse pour un patient atteint d’une maladie grave du sang.« J’ai été appelé pour vérifier la compatibilité biologique, témoigne Lucien, cela consiste en une prise de sang et cette fois, tout était bon. Alors je suis allé jusqu’au bout ».

Inscrit en 1993 sur le Registre France Greffe de Moelle qui compte près de 200 000 donneurs volontaires, Lucien T… 52 ans a donné sa moelle osseuse pour un patient atteint d’une maladie grave du sang.« J’ai été appelé pour vérifier la compatibilité biologique, témoigne Lucien, cela consiste en une prise de sang et cette fois, tout était bon. Alors je suis allé jusqu’au bout ».
« C’est un geste de solidarité envers une personne qui est malade et que l’on peut sauver » explique-t-il. Je suis ravi de l’avoir fait, d’autant plus que je travaille en milieu hospitalier au bureau des admissions du CHU de Nice à hôpital Archet plus précisément.

La récupération est rapide, et la ponction se fait sous anesthésie générale. Il y a une petite gêne au départ, sur les points de ponction mais rien de bien terrible. L’hospitalisation dure 3 jours.

« J’aimerais que les hospitaliers se sentent davantage concernés et s’inscrivent sur ce fichier international », continue Lucien, car l’expérience est très enrichissante.

Comment cela se passe-t-il ?

La condition absolument nécessaire pour assurer le succès d’une greffe de moelle osseuse est la parfaite compatibilité biologique (compatibilité HLA) entre le donneur et le receveur. Cette compatibilité HLA est étudiée sur une simple prise de sang !

Quelles sont les caractéristiques pour devenir donneur ?
–          être en parfaite santé
–          avoir 18 ans minimum à 50 ans révolus lors de l’inscription     
           (même si l’on peut donner ensuite jusqu’à 60 ans)
–          répondre à un entretien médical et faire une prise de sang.

Le donneur n’est sollicité que s’il existe quelque part un malade compatible ayant besoin d’une greffe de moelle osseuse : cela peut être rapide, se produire des années plus tard, ou jamais.

Rappelons que près de 2 000 personnes atteintes de maladies graves du sang, comme les leucémies, les lymphomes, mais aussi d’autres formes de pathologies sanguines moins bien connues ont besoin d’être soignées par une greffe de moelle osseuse. Chaque donneur de moelle osseuse peut ainsi offrir à un malade une chance supplémentaire de guérison.
Pour s’inscrire à Nice
Centre donneur volontaire de moelle osseuseDr Muriel de Matteis  – Hôpital Archet 1 – Laboratoire d’immunologie – Tél : 04.93.86.01.77

L’objectif à atteindre : 240 000 donneurs volontaires à l’horizon 2015.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.