Un appareil de tomographie à cohérence optique (OCT)

Un appareil de tomographie à cohérence optique (OCT) a été mis en service le 6 septembre 2005 au centre hospitalier universitaire de Limoges.

Mis en service le 6 septembre 2005 au centre hospitalier universitaire de Limoges, l’appareil de tomographie à cohérence optique (OCT) apporte un net progrès dans les 3 champs d’intervention que sont l’exploration des maladies de la rétine, le diagnostic et le traitement du mélanome choroïdien, le diagnostic et le suivi du traitement du glaucome chronique.

Le tomographe OCT est fondé sur le principe de la cohérence optique et permet de délivrer des images de la rétine de la papille, in vivo, avec une précision encore inégalée et avec une résolution axiale de 10 mm.

Le médecin ophtalmologiste, grâce à cet appareil, peut mesurer les couches internes rétiniennes selon une méthode quantitative non invasive. En effet, les mesures s’effectuent de façon très simple, sans aucun contact avec l’oeil du patient et sans aucune anesthésie. On peut ainsi le comparer à un échographe de très haute précision.

Cet appareil est très utile dans l’exploration des maladies de la rétine et en particulier de la macula. Il permet de préciser la nature d’un trou ou d’un faux trou maculaire avant une intervention. Il permet aussi de mesurer l’épaisseur de la macula et d’étudier la diminution d’un oedème maculaire après un traitement par injection, pour un oedème maculaire chez un diabétique ou après une occlusion veineuse. Et enfin, il permet de diagnostiquer et de suivre l’évolution des néovaisseaux choroïdiens si redoutés dans cette maladie très fréquente en Limousin : la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Celle-ci peut être traitée par photothérapie dynamique qui associe le laser à une injection en intra-veineuse.

Cet appareil est utile dans le diagnostic et le traitement du mélanome choroïdien. Cette tumeur maligne était traitée, autrefois, par énucléation, ce qui est réduit au minimum désormais. Elle est traitée actuellement soit par rayonnements externes par protons à Paris, soit par des plaques collées, d’iode radioactif. Le mélanome choroïdien ne pouvant être biopsié facilement, il est très important d’avoir des explorations fonctionnelles très précises pour aider au diagnostic avant le traitement. Le suivi de l’aplatissement de la tumeur se fait avec une grande précision avec l’OCT.

Enfin, cet appareil est utile dans le diagnostic et le suivi du traitement du glaucome chronique. Il s’agit d’une maladie très fréquente en particulier chez le sujet âgé. Le suivi des anomalies s’effectuait jusqu’alors par l’examen de l’excavation papillaire et par le relevé du champ visuel. L’OCT permet de mesurer l’épaisseur des couches de fibres nerveuses avec une grande précision et autorise ainsi un dépistage bien plus précoce de la maladie comme un meilleur suivi.

Le service d’ophtalmologie du CHU de Limoges a réalisé, en 2004, plus de 2 100 interventions chirurgicales, environ 20 000 consultations externes et 4 500 consultations internes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.