« Un bar à vin » pour cultiver les saveurs jusqu’à la fin de sa vie

Déraisonnable l’ouverture d’un Bar à vin au Centre de Soins Palliatifs du CHU de Clermont-Ferrand ? « Une autre façon de penser le prendre soin de l’autre répond le Dr Virginie Guastella, Chef de service du Centre de Soins Palliatifs du CHU de Clermont-Ferrand qui défend pour les patients en fin de vie ‘’Le droit de se faire plaisir et de faire plaisir’’ ».

Déraisonnable  l’ouverture d’un Bar à vin au Centre de Soins Palliatifs du CHU de Clermont-Ferrand ? « Une autre façon de penser le prendre soin de l’autre répond le Dr Virginie Guastella, Chef de service du Centre de Soins Palliatifs  du CHU de Clermont-Ferrand  qui défend pour les patients en fin de vie  ‘’Le droit de se faire plaisir et de faire plaisir’’ ».
Les français entretiennent un rapport hédonique à la nourriture et au vin, synonymes de moments privilégiés de partage et de convivialité. Pourquoi refuser les saveurs des terroirs aux personnes en fin de vie ? Rien ne justifie un tel interdit. Au contraire, une dégustation « médicalement encadrée » égaiera un quotidien souvent difficile. 
Forte de ce constat, le Docteur Virginie Guastella, soutenue par son institution, a décidé de porter le projet de création de ce nouvel espace ; une attention appréciée des malades et de leurs familles. En effet, ces dernières pourront  offrir à leur proche des cadeaux de bouche  dans un environnement propice à la détente et aux échanges.
L’ouverture du « Bar à vin » est prévue pour septembre 2014, une initiative qui fera du CHU de Clermont‐ Ferrand un précurseur au niveau national. Grâce à des partenariats et à différentes formules de mécénat, l’équipe dispose désormais d’une cave où les bouteilles de bons vins, de champagne, whisky… sont conservées dans de bonnes conditions. L’accès aux grands crus est à l’étude.
Pour sensibiliser les soignants à cette nouvelle pratique, une formation sera dispensée aux professionnels du Centre de Soins Palliatifs par Catherine Le Grand‐Sébille, socio‐anthropologue, enseignant‐chercheur.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.