Un caisson hyperbare de nouvelle génération sur le site Pellegrin

Un caisson hyperbare de nouvelle génération au CHU de Bordeaux de 35 tonnes, de 10 m de long et de 2,7 m de diamètre a été livré le 5 février 2007, à l'unité de médecine hyperbare du Pr Georges Gbikpi-Benissan, pôle médecine sur le site du groupe hospitalier Pellegrin du CHU de Bordeaux. Plus spacieux que le précédent, cet équipement, entièrement piloté par informatique, garantit une sécurité optimale au patient.

Un caisson hyperbare de nouvelle génération au CHU de Bordeaux de 35 tonnes, de 10 m de long et de 2,7 m de diamètre a été livré le 5 février 2007, à l’unité de médecine hyperbare du Pr Georges Gbikpi-Benissan, pôle médecine sur le site du groupe hospitalier Pellegrin du CHU de Bordeaux. Plus spacieux que le précédent, cet équipement, entièrement piloté par informatique, garantit une sécurité optimale au patient.

Une livraison imposante
Un périmètre de sécurité sera mis en place pour faciliter l’acheminement du caisson à l’entrée de Pellegrin jusqu’au sous-sol du Tripode, face à l’unité de médecine hyperbare. Deux grues seront nécessaires pour le descendre du camion, le hisser puis le positionner sur des pieux dans du béton à 30 m de profondeur.
La journée entière est prévue pour cette délicate manutention.

Qu’est ce qu’un caisson hyperbare ?
Le caisson hyperbare reproduit artificiellement l’environnement subaquatique, à savoir une pression intérieure supérieure à la pression atmosphérique. L’inhalation de l’oxygène sous forte pression dans un caisson hyperbare est préconisée dans les cas de surdités soudaines, les accidents de plongées, les troubles de cicatrisation, les intoxications au monoxyde de carbone et les gangrènes gazeuses… Ces séances d’oxygénothérapie hyperbare (OHB) sont totalement indolores.

Pourquoi un nouveau caisson hyperbare au CHU ?
Contrairement au précédent caisson de l’unité de médecine hyperbare, ce caisson sera constitué d’un seul bloc avec deux chambres thérapeutiques beaucoup plus spacieuses. Un sas commun permettra le passage des médecins et infirmier(e)s vers l’une ou l’autre chambre pendant les séances pour un meilleur accompagnement des patients.

Pour une sécurité optimale
Cette nouvelle génération de caisson est entièrement pilotée par informatique : une surveillance de l’oxygène inhalée pour chaque patient, un système de vidéo surveillance, un système de communication entre l’opérateur hyperbare et l’équipe médicale.
Une sécurité optimale sera ainsi assurée au sein de cette unité pour 2007.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.