Un centre d’investigation clinique à Brest

Le CHU de Brest figure parmi les 16 établissements hospitalo-universitaires disposant d'un centre d'investigation clinique. Cette nouvelle structure hospitalo-universitaire a été créée en janvier 2005, à la suite d'un appel d'offres commun du Ministère de la Santé et de l'Inserm. Elle s'inscrit dans la dynamique engagée par la labellisation récente de deux unités Inserm sur le site du CHU.

Le CHU de Brest figure parmi les 16 établissements hospitalo-universitaires disposant d’un centre d’investigation clinique. Cette nouvelle structure hospitalo-universitaire a été créée en janvier 2005, à la suite d’un appel d’offres commun du Ministère de la Santé et de l’Inserm. Elle s’inscrit dans la dynamique engagée par la labellisation récente de deux unités Inserm sur le site du CHU.

Depuis plusieurs années le CHU de Brest préparait la structuration de la recherche clinique. Plurithématique et transversal, le nouveau Centre d’Investigation Clinique, situé à l’Hôpital de la Cavale Blanche, est placé sous la responsabilité du Professeur Emmanuel OGER.

Plusieurs axes forts se dégagent de ce projet : maladies génétiques, évaluation des techniques chirurgicales, pathologies vasculaires, cancérologie, pathologies auto-immunes, télémédecine, troubles du comportement de l’enfant.

Cette structure ouverte a des missions transversales claires :

– Favoriser le développement de la recherche clinique
– Faciliter les échanges scientifiques
– Aider à l’élaboration du projet
– Encourager la pluridisciplinarité
– Former à et par la recherche
– Valoriser et diffuser des résultats
– Regrouper les ressources méthodologiques
– Intégrer une logique d’assurance qualité
– Attirer les industriels sur le site en garantissant le respect des bonnes pratiques cliniques de laboratoires.

L’activité du centre est encadrée par un comité technique qui s’assurera du respect de la réglementation, de la faisabilité technique et financière du projet, des conditions de sécurité et d’éthique pour les patients, des conditions de saisies et de stockage des données.

Porté par le Professeur MOTTIER, chef du Département de médecine interne et de pneumologie du CHU et Directeur de l’équipe d’accueil 3878 (groupe d’études de la thrombose en Bretagne Occidentale), le CIC a reçu le soutien de toutes les équipes de recherche labellisées du site et des services reconnus pour leur activité de recherche clinique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.