Un centre référent sur l’ Anorexie et troubles du comportement alimentaire à Lyon

En augmentation, touchant une population de plus en plus jeune, l’anorexie, la boulimie relèvent désormais d’un Centre Référent, CREATyon. Ces maladies enferment les personnes dans une souffrance solitaire dont il est très difficile de sortir sans l’aide de spécialistes. Cet isolement conduit à des interventions souvent tardives voire à des hospitalisations, 300 personnes ont ainsi été hospitalisées dans le département du Rhône en 2014. Pour prévenir ces situations souvent dramatiques, le Centre propose aux patients une évaluation de l’intensité des troubles et de leurs répercussions somatiques. Ces examens se déroulent dans le cadre d’une hospitalisation de jour.
En augmentation, touchant une population de plus en plus jeune, l’anorexie, la boulimie relèvent désormais d’un Centre Référent,  CREATyon. Ces maladies enferment les personnes dans une souffrance solitaire dont il est très difficile de sortir sans l’aide de spécialistes. Cet isolement conduit à des interventions souvent tardives voire à des hospitalisations, 300 personnes ont ainsi été hospitalisées dans le département du Rhône en 2014. Pour prévenir ces situations souvent dramatiques, le Centre propose aux patients une évaluation de l’intensité des troubles et de leurs répercussions somatiques. Ces examens se déroulent dans le cadre d’une hospitalisation de jour.
Au cours de cette journée les patients rencontrent des psychiatres, médecins nutritionnistes, pédiatres, pédopsychiatre, diététiciens, psychologues, infirmiers et psychomotriciens qui font un bilan de l’intensité de la pathologie. L’équipe leur propose un projet de soins, ils sont ensuite orientés vers une prise en charge adaptée à leurs besoins et revoient l’équipe tous les 6 mois. Certains peuvent être hospitalisés si leur état de santé le nécessite (renutrition par sonde…)
La maman de Marine, 17 ans, anorexique, explique « J’ai été alertée par l’aménorrhée de ma fille et par sa perte de poids. On ne trouvait pas comment faire prendre en charge Marine, les psy cherchaient à nous faire rentrer dans une case, nous stigmatisaient. Dans ce centre CREATyon on n’a pas trouvé de jugement mais une écoute bienveillante. Ils ont aussi évalué ses problèmes physiques car elle est en pleine croissance ».
CREATyon mène également des recherches et innove avec de nouvelles approches comme la remédiation cognitive, la désensibilisation et le retraitement par les mouvements oculaires, la neurostimulation, la luminothérapie… 
L’anorexie, la boulimie : des pathologies multifactorielles complexes, graves et en augmentation 
Graves, en 2014, dans le Rhône, 300 personnes de plus de 12 ans ont été hospitalisées dans des services de médecine à cause de leurs troubles du comportement alimentaire. En psychiatrie, ces pathologies sont à l’origine de 2 300 séjours. 7 à 10% des personnes touchées en meurent.
En augmentation, les HCL enregistrent 17% d’hospitalisations en plus en 5 ans. En parallèle, les adolescents touchés sont de plus en plus jeunes avec même des formes pré pubères concernant un nombre croissant de moins de13 ans.
NB : Pour toute prise en charge il faut impérativement un courrier du médecin traitant.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.