Neurosciences : apprendre à gérer ses émotions par la médiation de l’art et de la technologie

Apprendre ou réapprendre aux adultes comme aux enfants, à réguler leurs émotions en offrant une représentation visuelle de leur état émotionnel, représentation sur laquelle ils peuvent interagir en temps réel. Telle est la finalité du dispositif casque-écran imaginée par Damien Gabriel, ingénieur de recherche au CHU de CHU de Besançon, et Guillaume Bertrand, artiste numérique. Mêlant art et neurosciences, cette médiation originale permet de visualiser ses émotions pour apprendre à les gérer. L'initiative été récompensée par un accessit du prix Marina Picasso par la fondation suisse AEMD(1), qui distingue les outils cliniques innovants et accompagne des projets mettant la gestion des émotions au cœur de leur conception. Le projet est en cours de développement.

Apprendre ou réapprendre aux adultes comme aux enfants, à réguler leurs émotions en offrant une représentation visuelle de leur état émotionnel, représentation sur laquelle ils peuvent interagir en temps réel. Telle est la finalité du dispositif casque-écran imaginée par Damien Gabriel, ingénieur de recherche au CHU de CHU de Besançon, et Guillaume Bertrand, artiste numérique. Mêlant art et neurosciences, cette médiation originale permet de visualiser ses émotions pour apprendre à les gérer. L’initiative été récompensée par un accessit du prix Marina Picasso par la fondation suisse AEMD(1), qui distingue les outils cliniques innovants et accompagne des projets mettant la gestion des émotions au cœur de leur conception. Le projet est en cours de développement.
Des bulles vertes révélatrices
Concrètement, un casque d’électroencéphalographie est installé sur la tête du sujet et mesure son activité cérébrale. Sur l’écran, s’affichent une multitude de bulles vertes qui s’agitent et se déplacent, révélant au patient son état émotionnel. Le participant est alors invité à ressentir une émotion précise pour parvenir à déplacer les bulles dans une zone déterminée de l’écran.  Le processus d’apprentissage est enclenché, l’objectif étant, à terme, que cette régulation puisse se faire sans recourir au dispositif.
Les prochaines étapes du projet
La mise en place de l’interface artistique de contrôle des émotions par la pensée a nécessité l’interaction d’artistes et de scientifiques provenant de domaines variés tels que l’informatique, les mathématiques, la psychologie, et l’ingénierie. Ces nombreuses collaborations ont rendu possible la création d’une représentation artistique des émotions qui soit utilisable en pratique clinique.
Le recours à la plateforme de neuroimagerie fonctionnelle Neuraxess (2) permettra d’affiner le projet en déterminant la technique d’enregistrement la plus adaptée à la mesure des émotions. Le centre d’investigation clinique du CHU (Inserm CIC 1431) évaluera plus finement l’efficacité du dispositif, sur patients et en population saine dans le cadre de projets de recherche clinique.
De nombreuses perspectives
Si de nombreuses applications potentielles sont à terme envisageables, deux applications principales du dispositif sont envisagées à l’heure actuelle :
La première concerne les troubles mentaux. Le dispositif, mis à disposition des cliniciens, offrirait en effet une méthode alternative aux traitements pharmacologiques pour traiter les troubles mentaux liés à des déficits de régulation émotionnelle.
La seconde concerne l’étude de la régulation émotionnelle en milieu scolaire, notamment pour aider les adolescents à mieux gérer leurs émotions.
Ce projet a vu le jour dans le cadre de l’appel à projets "artistiques" 2018 initié par le service Sciences, Arts et Culture de l’université de Franche-Comté et la Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne Franche-Comté. Il est conduit en collaboration étroite avec le laboratoire de neurosciences intégratives et cliniques (EA 481) de l’université de Franche-Comté.
1 : AEMD : Analyse Emo-comportementale Méthode Démann
2 : CHU de Besançon et université de Franche-Comté

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.