Un espace éthique en Bretagne Occidentale

4ème espace éthique français après ceux de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et du CHU d'Amiens, l'espace éthique de Bretagne occidentale a été inauguré le 3 novembre 2005 par le Professeur Jean-François MATTEI.

4ème espace éthique français après ceux de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et du CHU d’Amiens, l’espace éthique de Bretagne occidentale a été inauguré le 3 novembre 2005 par le Professeur Jean-François MATTEI.

Né d’une convention hospitalo-universitaire passée entre le CHU de Brest et la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé de l’Université de Bretagne Occidentale (UBO), cet espace prolonge les actions menées en parallèle par ces deux institutions. Ainsi, le CHU disposait déjà d’un comité d’éthique, d’un bureau et d’une commission qualité, d’un comité de recherche clinique, d’un comité consultatif de protection des personnes dans la recherche biomédicale. De son côté, la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé de l’Université de Bretagne Occidentale proposait un diplôme d’université « Ethique et subjectivité » élaboré par son Département de sciences humaines et sociales. La faculté possédait également une équipe de recherche reconnue par le conseil scientifique de l’UBO « Ethique, professionnalisme et santé ».

L’Espace d’Ethique de Bretagne Occidentale est ouvert à tous les professionnels de santé de Bretagne Occidentale, quels que soient leur statut et leur mode d’exercice. Il associe des philosophes, des psychologues, des juristes, des sociologues et des anthropologues dans un esprit d’ouverture transdisciplinaire. Il a pour missions de faire progresser la réflexion éthique, de sensibiliser les personnels de santé à cet enjeu, par le biais de la formation et l’organisation de débats, et d’ancrer cette réflexion dans les pratiques professionnelles.

Un centre de ressources sera constitué en soutien des démarches qui seront engagées sur les sujets relevant de la bioéthique, de l’évolution des pratiques, des droits des patients et de la position des personnes dans le système de santé (écoute, information, prise en charge, accompagnement&). Il pourra également participer à l’information du grand public sur les aspects éthiques des débats de santé.

L’espace éthique de Bretagne Occidentale est co-dirigé par le Président du comité d’éthique du CHU, le Professeur J-M. BOLES, Chef du Service de Réanimation médicale et Urgences médicales, et par le Directeur du Département de sciences humaines et sociales de la faculté de Médecine et des Sciences de la Santé, Madame D. LEBOUL, psychologue clinicienne.

L’Espace Ethique de Bretagne occidentale constitue une application concrète de la récente loi bioéthique du 6 août 2004 qui prévoit la création de lieux de réflexion éthique au niveau régional et interrégional.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.