Un FIBROSCAN pour les services d’hépatogastroentérologie

Le CHR de Metz-Thionville vient d'acquérir un FIBROSCAN qui fonctionne en alternance dans les services d'hépatogastroentérologie de Metz et de Thionville. Cet examen non invasif du foie permet au praticien de déceler une fibrose hépatique ou une cirrhose.

Le CHR de Metz-Thionville vient d’acquérir un FIBROSCAN qui fonctionne en alternance dans les services d’hépatogastroentérologie de Metz et de Thionville. Cet examen non invasif du foie permet au praticien de déceler une fibrose hépatique ou une cirrhose.

Le FIBROSCAN repose sur la technique de l’élastographie impulsionnelle. En mesurant la vitesse de propagation d’une onde de choc de faible amplitude à travers le parenchyme hépatique (la vitesse étant d’autant plus importante que le foie est dur), le médecin peut apprécier le degrè d’élasticité du foie. L’impulsion est envoyée par une sonde appliquée au contact de la paroi thoracique à hauteur du foie. Les résultats sont exprimés en kiloPascals (kPa) avec des valeurs comprises entre 2,5 et 75 kPa. Lorsque la valeur d’élasticité hépatique est inférieure à 7 kPa, il est probable qu’il n’existe pas de fibrose ou une fibrose minime (F0-F1 selon le score Metavir). Lorsqu’elle est supérieure à 10 kPa, la fibrose est probablement sévère (F3-F4), et quand elle est supérieure à 14 kPa, l’existence d’une cirrhose est très probable. Les performances du FibroScan pour le diagnostic de la fibrose significative (score Metavir Metavir F ≥ 2) sont similaires à celles des marqueurs sériques.

Ces techniques non invasives ont fait l’objet d’une évaluation par la Haute Autorité de Santé et leur fiabilité a été reconnue. Certaines équipes préconisent l’utilisation combinée du FibroScan et de marqueurs biologiques (FibroTest ou autres) en première intention.

Si les résultats de ces deux méthodes d’évaluation sont concordants la biopsie peut être évitée chez la majorité des patients. En cas de discordance, et après avoir éliminé les causes d’erreur inhérentes à chaque technique, une biopsie peut éventuellement être réalisée.

Déroulement pratique de l’examen
Cet examen ne nécessite pas d’hospitalisation. Il est totalement indolore et dure une dizaine de minutes. Pour le patient cela se passe un peu comme un examen échographique.
La mise en oeuvre de cette technique requiert une courte période d’apprentissage. Au C.H.R., comme dans la plupart des centres, il est réalisé par les infirmières des services d’Hépatogastroentérologie. Le résultat de cet examen, qui est généralement couplé à un test biologique (Fibrotest ou autre), est interprété par les médecins et sert de base de discussion pour déterminer avec le patient l’attitude la plus adaptée à son cas.

Difficultés présentes et perspectives d’avenir

Bien que la valeur de cet examen soit scientifiquement reconnue il n’est pas encore inscrit à la nomenclature des actes médicaux et ne peut donc être valorisé financièrement. Des solution provisoires sont adoptées (variable selon les centres) : assimilation à un acte d’échographie ou intégration dans un bilan réalisé en hôpital de jour. Il est probable que cette situation va évoluer et que, de même que pour les tests biologiques, une inscription à la nomenclature verra le jour.

Quant à son champ d’application, il ne se limitera certainement pas à l’évaluation initiale des hépatites virales mais s’étendra aussi à la surveillance de leur évolution -avec ou sans traitement- et à d’autres domaines de la pathologie hépatique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.