Un foie, prélevé puis nettoyé de sa tumeur, est réimplanté : une prouesse

Lundi 26 novembre, le Professeur Karim Boudjema, chef du service de chirurgie hépatobiliaire et digestive, a procédé à une intervention ex vivo du foie sur une patiente âgée de 64 ans souffrant d'un cancer. Objectif : enlever la totalité de la tumeur en soignant le foie malade à l’extérieur la cavité abdominale, dans d’excellentes conditions d’exposition puis le réimplanter.

Lundi 26 novembre, le Professeur Karim Boudjema, chef du service de chirurgie hépatobiliaire et digestive, a procédé à une intervention ex vivo du foie sur une patiente âgée de 64 ans souffrant d’un cancer. Objectif : enlever la totalité de la tumeur en soignant le foie malade à l’extérieur la cavité abdominale, dans d’excellentes conditions d’exposition puis le réimplanter. 
Une intervention de 12h30
L’intervention a démarré à 7h30 au bloc opératoire du service de chirurgie
hépatobiliaire et digestive du CHU de Rennes. Le patient, qui souffre d’un cancer du foie, bénéficie de cette technique de chirurgie ex vivo que seule l’équipe de chirurgie hépatobiliaire et digestive du CHU de Rennes pratique en France sous la direction du Professeur Karim Boudjema. C’est la cinquième intervention de ce type effectuée en 10 ans car les indications sont extrêmement précises : la décision d’intervention se fait de manière collégiale au sein d’une équipe pluridisciplinaire. 15 professionnels ont entouré le professeur Boudjema qui a mis le foie à nu et, pendant deux heures d’un travail extrêmement minutieux, a identifié les différentes artères et
veines qui alimentent le foie, et les a ligaturées avant de les couper. La circulation extracorporelle est alors mise en place afin de dériver les flux sanguins transitant par l’organe malade.

A 10h50, le chirurgien extrait le foie et le place dans un récipient réfrigéré. Il peut maintenant intervenir pour séparer la partie malade tout en conservant artères et veines. Pendant deux heures trente, il réalise des gestes qu’il aurait été impossible d’effectuer à l’intérieur du ventre.
A 13h, le foie, nettoyé de la tumeur, est replacé. L’auto-transplantation est effectuée : la partie de foie réimplanté ne représente que 30% d’un foie normal et mettra 3 semaines à retrouver un volume presque normal.
L’opération s’achève à 18h30 après arrêt de la circulation extra-corporelle et vérification du bon fonctionnement de l’organe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.