Un gait trainer pour la rééducation des cérébro-lésés.

Depuis le début de l'année, le service de médecine physique et de réadaptation placé sous la responsabilité du Pr Jean-Yves Salle dispose d'un « gait trainer », nouvel appareil de rééducation de marche pour les cérébro-lésés. L'hôpital Jean Rebeyrol est à ce jour le seul à disposer d'un appareil de ce type en Limousin.

Depuis le début de l’année, le service de médecine physique et de réadaptation placé sous la responsabilité du Pr Jean-Yves Salle dispose d’un « gait trainer », nouvel appareil de rééducation de marche pour les cérébro-lésés. L’hôpital Jean Rebeyrol est à ce jour le seul à disposer d’un appareil de ce type en Limousin.

Cet équipement a été acquis dans le cadre d’un Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC) national promu par le CHU de Rennes dont le but est d’évaluer le bénéfice apporté par la locomotion répétitive comparée aux méthodes classiques de rééducation chez l’hémiplégique vasculaire.

Appareil de rééducation de la marche pour les cérébro-lésés, il permet au patient un entraînement répété en simulation de marche par une suspension allégée du poids du corps ; des exercices et une technique qui doivent déboucher sur une amélioration de la vitesse de marche, de l’endurance et de la durée de la phase d’appui.

Le recours à ce moyen de rééducation a donc pour objectif de développer un apprentissage moteur basé sur un entraînement, et s’inscrit dans les évolutions actuelles de la rééducation qui favorisent « la pratique orientée vers la tâche ».

A noter que les patients bénéficiant du gait trainer doivent remplir certaines conditions, et notamment une possibilité de mise en charge satisfaisante et l’absence de contre-indication cardiovasculaire (hypotension, phlébite, insuffisance coronarienne aiguë…). Une bonne compréhension des raisons et de l’utilité de cet entraînement par le patient est aussi un préalable à son utilisation.

Le service de médecine physique et de réadaptation du CHU de Limoges présentera le 1er juin 2007, lors de la « journée régionale de rééducation » organisée à la faculté de médecine de Limoges, l’intérêt du recours à un gait trainer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.