Un grand pas pour le traitement de l’artérite des membres inférieurs

125 patients souffrant d'artérite des membres inférieurs ont bénéficié des progrès en thérapie génique réalisés dans le cadre de l'étude "TALISMAN". Le Pr Eric Van Belle se réjouit des bons résultats : une diminution de plus de 50 % du taux d'amputation et de décès « C'est la première fois qu'une étude montre le succès d'une thérapie génique dans le domaine cardiovasculaire !»

125 patients souffrant d’artérite des membres inférieurs ont bénéficié des progrès en thérapie génique réalisés dans le cadre de l’étude « TALISMAN ». Le Pr Eric Van Belle se réjouit des bons résultats : une diminution de plus de 50 % du taux d’amputation et de décès « C’est la première fois qu’une étude montre le succès d’une thérapie génique dans le domaine cardiovasculaire !»

Le 17 Décembre 2002, un premier patient nordiste recevait une première injection pour le traitement d’une artérite des membres inférieurs par la thérapie génique, dans le cadre de l’étude TALISMAN (Thérapeutic Angiogenesis Leg Ischemia for the Management of Arthériopathy and Non-healing ulcers).

Ce protocole d’évaluation de la thérapie génique, mené par une équipe coordonnée par le Pr Eric Van Belle et le Dr Mohamad Koussa (Hôpital cardiologique du CHRU de Lille) visait à évaluer un traitement qui pourrait bénéficier à plusieurs milliers de personnes de la région souffrant d’artérite des membres inférieurs, et ne pouvant bénéficier des traitements habituellement utilisés pour cette pathologie (à savoir la chirurgie par pontage, ou la dilatation des artères).

Comment ça marche ?

La thérapie génique consiste donc à injecter par voie intra-musculaire un gène qui permet la fabrication locale d’un facteur permettant une reprise de la croissance vasculaire (facteur de croissance angiogénique). Ce gène agit sur la croissance des artères au travers de 4 cures effectuées à 15 jours d’intervalle.

Quels résultats ?

Pour le Pr Eric Van Belle, « c’est la première fois qu’une étude montre le succès d’une thérapie génique dans le domaine cardiovasculaire ». En effet, l’essai qui a été mené sur 125 patients dans la région Nord et en Europe, démontre une diminution de plus de 50 % du taux d’amputation et de décès.

Compte tenu des résultats extrêmement positifs de TALISMAN, un essai de plus grande dimension sera lancé prochainement. « L’essai devrait inclure de 300 à 500 patients, et démarrer fin 2006 ou début 2007 », précise le Pr Van Belle.

Un espoir supplémentaire pour les malades atteints d’artérite des membres inférieurs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.