Un guide d’accueil des mineurs

Familles monoparentales en nombre croissant, affirmation de la place de l'enfant et de l'adolescent dans la société, reconnaissance d'une majorité sanitaire à 16 ans, évolutions législatives*... le jeune patient est de plus en plus associé aux décisions qui concernent sa santé. Mais la réalité est complexe d'où la nécessité de confronter la loi aux expériences vécues par les équipes au contact avec les mineurs et leur entourage, à chaque étape du soin. Au CHU de Reims un groupe de travail pluridisciplinaire, réunissant personnels médicaux et soignants, a planché sur la question.

Familles monoparentales en nombre croissant, affirmation de la place de l’enfant et de l’adolescent dans la société, reconnaissance d’une majorité sanitaire à 16 ans, évolutions législatives*… le jeune patient est de plus en plus associé aux décisions qui concernent sa santé. Mais la réalité est complexe d’où la nécessité de confronter la loi aux expériences vécues par les équipes au contact avec les mineurs et leur entourage, à chaque étape du soin. Au CHU de Reims un groupe de travail pluridisciplinaire, réunissant personnels médicaux et soignants, a planché sur la question. Ainsi est né « le guide pratique à l’usage des services susceptibles d’accueillir et de prendre en charge des mineurs ». Son objectif : apporter à tout soignant d’apporter une réponse circonstanciée à une situation donnée. Mis à jour régulièrement, l’ouvrage est disponible sous format électronique sur l’intranet de l’établissement et fait l’objet d’une présentation aux médecins et cadres des services.

Références législatives
Parues simultanément le 4 mars 2002, deux lois modifient le cadre réglementaire : la loi n°2002-303 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé et la loi n°2002-305 relative à l’autorité parentale.
Principe Les droits des mineurs sont exercés par les titulaires de l’autorité parentale ou par le tuteur. Les mineurs ont le droit de recevoir eux-mêmes une information et de participer à la prise de décision les concernant, d’une manière adaptée à leur degré de maturité s’agissant des mineurs.
Dérogation importante Par dérogation à l’article 371-2 du code civil, le médecin peut se dispenser d’obtenir le consentement du ou des titulaires de l’autorité parentale sur les décisions médicales à prendre lorsque le traitement ou l’intervention s’impose pour sauvegarder la santé d’une personne mineure, dans le cas où cette dernière s’oppose expressément à la consultation du ou des titulaires de l’autorité parentale afin de garder le secret sur son état de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.