Un handicap de 30,5 millions d’euros, le CHU inquiet pour sa survie

Mercredi 18 mai, le conseil d'administration du CHU a voté à l'unanimité une motion pour dénoncer l'insuffisance des crédits : « l'absence de financement de dépenses constatées conduisent à un handicap budgétaire de 30,5 millions d'euros (...) Les membres du Conseil insistent expressément pour qu'une dotation complémentaire soit attribuée au CHU de Montpellier afin d'éviter de graves dysfonctionnements préjudiciables à la mission du CHU auprès des patients »

Mercredi 18 mai, le conseil d’administration du CHU a voté à l’unanimité une motion pour dénoncer l’insuffisance des crédits : « l’absence de financement de dépenses constatées conduisent à un handicap budgétaire de 30,5 millions d’euros (…) Les membres du Conseil insistent expressément pour qu’une dotation complémentaire soit attribuée au CHU de Montpellier afin d’éviter de graves dysfonctionnements préjudiciables à la mission du CHU auprès des patients »

Dénonçant l’insuffisance des crédits notifiés par l’Etat pour 2005 qui met en péril la qualité des soins et la pérennité de l’établissement, Hélène Mandroux, Maire de Montpellier et présidente du CHU, a demandé une audience au Ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy. Elle sera accompagnée d’Alain Manville, Directeur Général du CHU et du Professeur Bernard Hédon, Président de la Commission Médicale d’Etablissement.

Selon Hélène Mandroux et Alain Manville « la défense de l’hôpital public passe nécessairement par un soutien de son bon fonctionnement au travers d’un budget digne qui permet une organisation harmonieuse favorisant la qualité des soins et la sécurité des patients. La présentation du budget faite par le CHU de Montpellier, assortie d’une demande complémentaire ajustée aux besoins, est honnête et responsable. Honnête parce que respectant un fonctionnement à moyens constants. Responsable dans le respect des patients et des personnels. »

La motion du conseil d’administration en sa séance du 18 mai 2005

« Le Conseil d’administration du CHU de Montpellier s’élève avec force contre l’insuffisance des enveloppes de crédits notifiés pour l’exercice 2005. La baisse des tarifs non compensée par l’extension des suppléments de journées de néonatalogie, de soins intensifs et de surveillance continue, le désengagement de l’assurance maladie mesuré par le taux de conversion imposé, et l’absence de financement de dépenses constatées conduisent à un handicap budgétaire de -30,5 millions d’euros.
Dans l’obligation de présenter un budget sincère tant en recettes qu’en dépenses, les membres du Conseil insistent expressément pour qu’une dotation complémentaire soit attribuée au CHU de Montpellier afin d’éviter de graves dysfonctionnements préjudiciables à la mission du CHU auprès des patients ».

Les CHU menacés
Le maire de Montpellier participait le 13 avril dernier à une conférence de presse à l’assemblée nationale avec Martine Aubry, maire de Lille, Gérard Collomb, maire de Lyon et Jean-Marc Ayrault, Maire de Nantes, pour dénoncer la crise du financement des hôpitaux publics due en grande partie à la réforme de la tarification hospitalière.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.