Un histoire de coeur entre médecins caennais et enfants cambodgiens

En 2005, le Docteur Gérard Babatasi, chirurgien cardiaque et co-fondateur du Centre de Cardiologie de Phnom Penh au Cambodge* invitait le Professeur Gilles Grollier, cardiologue au CHU de Caen pour une mission d'une semaine afin d'opérer et d'enseigner la technique de dilatation mitrale percutanée aux équipes cambodgiennes.

En 2005, le Docteur Gérard Babatasi, chirurgien cardiaque et co-fondateur du Centre de Cardiologie de Phnom Penh au Cambodge* invitait le Professeur Gilles Grollier, cardiologue au CHU de Caen pour une mission d’une semaine afin d’opérer et d’enseigner la technique de dilatation mitrale percutanée aux équipes cambodgiennes.

Le Cambodge est l’un des pays les plus pauvres au monde et les besoins humanitaires sont énormes” explique le Dr Babatasi. Le recrutement des opérés se fait dans les villages par des cardiologues en mission. La plupart des familles doivent vendre tous leurs biens pour payer le voyage jusqu’à la capitale. Au Centre Cardio-vasculaire,une seconde sélection est effectuée par les équipes médicales. C’est un choix dramatique, mais seules les meilleures indications sont traitées.

Les suites post-opératoires sont simples ; les patients sont extubés le soir même. Le taux d’échecs est de 3% comme en France ; les malades n’ont pas de pathologies associées car ils n’ont pas été sensibilisés aux antibiotiques, aucune sternite n’est à déplorer en poste opératoire ou infection nosocomiale”.

Treize patients souffrant de rétrécissement mitral dit “maladie du pauvre” et 12 jeunes patients présentant diverses pathologies congénitales : persistance du canal artériel, communication inter-auriculaire ou ventriculaire, tétralogie de Fallot ont ainsi pu reprendre une vie normale. Ils ont une faculté de récupération remarquable ; quand on sait que sans la “Chaîne”, ils seraient condamnés à une mort certaine” souligne le Pr Gilles GROLLIER.

Les deux médecins caennais ont aussi consacré une partie de leur temps à la formation des médecins cambodgiens. “Nous avons des nouvelles régulières grâce à internet, ils nous attendent avec
impatience. Ils ont une prodigieuse soif d’apprendre. Là-bas tout est basé sur la bonne volonté et l’ingéniosité”. Depuis cette première mission, le Dr Gérard Babatasi et le Pr Gilles Grollier sont déjà repartis plusieurs fois, notamment en novembre 2007 accompagnés par Brigitte Le Brethon, député-maire de Caen, désirant montrer l’implication de la ville pour cette cause.

Prochaine mission du 16 au 31 mai 2007, en Afghanistan à l’Hôpital de KABOUL ; les deux médecins seront accompagnés de deux infirmières de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire du C.H.U..

*Le Centre de Cardiologie de Phnom Penh été ouvert en 2001 avec la “Chaîne de l’espoir”. Le Dr Gérard Babatasi, chirurgien cardiaque, au CHU de Caen est membre du conseil d’administration de l’association présidée par le Pr Alain Deloche.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.