Un hôtel hospitalier à Dijon

Le CHU Dijon Bourgogne est l'un des 41 établissements sélectionnés pour tester le dispositif des "hôtels hospitaliers". Partenaire d'une Maison de Parents de 58 chambres, le CHU Dijon Bourgogne peut se prévaloir d'une expérience de 17 ans dans le recours à un hébergement non médicalisé pour les patients éloignés de leur domicile, en amont ou en aval des soins ou des examens, pour ceux qui bénéficient d’une offre de soins ambulatoires et pour leurs proches.
Le CHU Dijon Bourgogne est l’un des 41 établissements sélectionnés pour tester le dispositif des "hôtels hospitaliers". Partenaire d’une Maison de Parents de 58 chambres, le CHU Dijon Bourgogne peut se prévaloir d’une expérience de 17 ans dans le recours à un hébergement non médicalisé pour les patients éloignés de leur domicile, en amont ou en aval des soins ou des examens, pour ceux qui bénéficient d’une offre de soins ambulatoires et pour leurs proches. Installée à proximité immédiate de l’Hôpital François Mitterrand, cette structure est gérée par une association.
Dissocier activité médicale et hébergement
Initié en 2014 par le précédent gouvernement et pilotée aujourd’hui par le ministère des Solidarités et de la Santé, l’expérimentation des "hôtels hospitaliers" vise à distinguer la prestation de soins et d’hébergement et à limiter (voire éviter) les coûteuses nuitées hospitalières tout en garantissant la qualité de la prise en charge et le confort des patients.
Encore peu développé en France, le concept d’hôtel hospitalier existe depuis plusieurs années dans certains pays anglo-saxons et d’Europe du Nord. Ces résidences doivent permettre à l’hôpital de se recentrer sur son cœur de métier : le soin.
Les « hôtels hospitaliers » : une véritable opportunité pour le système de santé 
Au gain de confort pour les patients qui bénéficient d’un cadre reposant, s’ajoutent des avantages en termes de santé publique : la diminution des risques d’infections nosocomiales et l’élargissement des critères d’éligibilité à la chirurgie ambulatoire. La gestion des lits sera également améliorée, car seuls resteront à l’hôpital  les patients dont l’état de santé le nécessite. Enfin le coût moindre de cet hébergement permettra à l’Assurance Maladie de réaliser d’importantes économies.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.