Un hôtel hospitalier à Dijon

Le CHU Dijon Bourgogne est l'un des 41 établissements sélectionnés pour tester le dispositif des "hôtels hospitaliers". Partenaire d'une Maison de Parents de 58 chambres, le CHU Dijon Bourgogne peut se prévaloir d'une expérience de 17 ans dans le recours à un hébergement non médicalisé pour les patients éloignés de leur domicile, en amont ou en aval des soins ou des examens, pour ceux qui bénéficient d’une offre de soins ambulatoires et pour leurs proches.
Le CHU Dijon Bourgogne est l’un des 41 établissements sélectionnés pour tester le dispositif des "hôtels hospitaliers". Partenaire d’une Maison de Parents de 58 chambres, le CHU Dijon Bourgogne peut se prévaloir d’une expérience de 17 ans dans le recours à un hébergement non médicalisé pour les patients éloignés de leur domicile, en amont ou en aval des soins ou des examens, pour ceux qui bénéficient d’une offre de soins ambulatoires et pour leurs proches. Installée à proximité immédiate de l’Hôpital François Mitterrand, cette structure est gérée par une association.
Dissocier activité médicale et hébergement
Initié en 2014 par le précédent gouvernement et pilotée aujourd’hui par le ministère des Solidarités et de la Santé, l’expérimentation des "hôtels hospitaliers" vise à distinguer la prestation de soins et d’hébergement et à limiter (voire éviter) les coûteuses nuitées hospitalières tout en garantissant la qualité de la prise en charge et le confort des patients.
Encore peu développé en France, le concept d’hôtel hospitalier existe depuis plusieurs années dans certains pays anglo-saxons et d’Europe du Nord. Ces résidences doivent permettre à l’hôpital de se recentrer sur son cœur de métier : le soin.
Les « hôtels hospitaliers » : une véritable opportunité pour le système de santé 
Au gain de confort pour les patients qui bénéficient d’un cadre reposant, s’ajoutent des avantages en termes de santé publique : la diminution des risques d’infections nosocomiales et l’élargissement des critères d’éligibilité à la chirurgie ambulatoire. La gestion des lits sera également améliorée, car seuls resteront à l’hôpital  les patients dont l’état de santé le nécessite. Enfin le coût moindre de cet hébergement permettra à l’Assurance Maladie de réaliser d’importantes économies.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.