Un institut pour mieux dépister et traiter le cancer de la prostate

Réunissant 3 centres spécialisés -le CHU de Rennes, le centre régional de lutte contre le cancer « Eugène Marquis » et la clinique mutualiste de la Sagesse - l'institut de cancérologie de Rennes fondé en 2001 vient de se consolider sous la forme d'un Groupement de Coopération Sanitaire – Institut Régional de Cancérologie de Rennes (GCS-IRCR). Objectif : fédérer les activités des établissements membres notamment dans la prise en charge du cancer de la prostate, harmoniser et améliorer les conditions du dépistage, proposer une meilleure orientation des patients vers les techniques les plus adaptées et offrir un accès plus facile aux traitements palliatifs et aux soins de support.

Réunissant 3 centres spécialisés -le CHU de Rennes, le centre régional de lutte contre le cancer « Eugène Marquis » et la clinique mutualiste de la Sagesse – l’institut de cancérologie de Rennes fondé en 2001 vient de se consolider sous la forme d’un Groupement de Coopération Sanitaire – Institut Régional de Cancérologie de Rennes (GCS-IRCR). Objectif : fédérer les activités des établissements membres notamment dans la prise en charge du cancer de la prostate, harmoniser et améliorer les conditions du dépistage, proposer une meilleure orientation des patients vers les techniques les plus adaptées et offrir un accès plus facile aux traitements palliatifs et aux soins de support.

Cette union des compétences et des moyens techniques s’accompagnera d’un développement de la recherche clinique mené en étroite collaboration avec les laboratoires. En effet, la vocation de cet l’institut est aussi de rapprocher la recherche fondamentale de la recherche clinique en vue de faire bénéficier les patients des avancées les plus récentes .

Une complémentarité synonyme d’efficience
Les différentes missions de cet institut seront réparties selon la spécialité des membres : accueil et examens biologiques au CHU, radiothérapie, curiothérapie au CRLCC, chirurgie au CHU et à la Sagesse, recherche clinique au CHU et au CRLCC.

Dans ce dispositif, le service d’Urologie du CHU va jouer le rôle de « porte d’entrée » unique pour les correspondants médicaux comme pour les patients. Un numéro de téléphone unique permettra de centraliser l’ensemble des appels au secrétariat d’Urologie.

L’institut régional de la prostate propose une prise en charge globale du cancer de la prostate :
Prévention – diagnostic précoce, Diagnostic – information, Choix thérapeutique validé par la réunion de concertation multidisciplinaire (RCP), plan personnalisé de traitement et prise en charge post thérapeutique

Une expertise pluridisciplinaire
Chaque semaine, la réunion de concertation pluridisciplinaire d’urologie (RCP) réunit urologues, oncologues médicaux et radiothérapeutes, radiologues et anatomo-pathologistes . Elle étudie chaque dossier afin de proposer au patient un traitement optimisé et un programme personnalisé de soins selon les référentiels de bonnes pratiques de la haute autorité en santé.
L’ approche thérapeutique
En fonction des caractéristiques du patient et de sa maladie, l’Institut régional de la prostate propose au patient souffrant d’un cancer de la prostate une palette thérapeutique de pointe.

Le diagnostic précoce et IRM
Il consiste en la réalisation d’un toucher rectal et d’un dosage de PSA. Le diagnostic est établi à l’aide de biopsies écho guidées de la prostate, réalisées en général sous anesthésie locale. Une IRM dynamique 3 Tesla peut être proposée.

Les traitements locaux
• Le traitement chirurgical
La prostatectomie radicale, c’est-à-dire l’ablation de la prostate, est réalisée par chirurgie classique ou le plus souvent par chirurgie mini invasive coelioscopique.
• La radiothérapie externe
L’irradiation de la prostate est pratiquée en utilisant les techniques les plus récentes de radiothérapie : Elle est conformationnelle, basée sur la modulation d’intensité ( IMRT) et guidée par l’image (IGRT)
• La curiethérapie
Cette technique de radiothérapie mini invasive consiste à irradier la prostate en y implantant des grains d’iode radioactif.
• L’Ablatherm ®
C’est un nouveau traitement par ultrasons focalisés transrectaux. Cet équipement médical est mis à la disposition de l’Institut avec la participation de la clinique mutualiste La Sagesse.

La surveillance active
Le traitement n’est pas systématique et parfois il est possible de simplement surveiller un cancer de la prostate sans traiter d’emblée.

Les traitements médicaux
Ils sont prescrits sous forme orale ou injectable et consistent en une hormonothérapie ou une chimiothérapie. Une irradiation métabolique par Samarium peut être proposée.

La prise en charge globale du patient
L’institut propose un accompagnement : dispositif d’annonce, information sur les différents traitement possibles et prise en charge des conséquences sociales et fonctionnelles éventuelles des traitements (psychologue, sexologue et kinésithérapeute)

Répartition des consultations et des hospitalisations
Les patients sont accueillis en consultation au Centre Eugène Marquis ou dans le service d’urologie du CHU. L’ hospitalisation pour la chirurgie et l’Ablatherm se fera au CHU dans le service d’urologie. Les curiethérapies seront effectuées au Centre Eugène Marquis durant des hospitalisations de 36 heures. La chimiothérapie sera réalisée dans le service d’oncologie médicale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.