Un institut pour mieux dépister et traiter le cancer de la prostate

Réunissant 3 centres spécialisés -le CHU de Rennes, le centre régional de lutte contre le cancer « Eugène Marquis » et la clinique mutualiste de la Sagesse - l'institut de cancérologie de Rennes fondé en 2001 vient de se consolider sous la forme d'un Groupement de Coopération Sanitaire – Institut Régional de Cancérologie de Rennes (GCS-IRCR). Objectif : fédérer les activités des établissements membres notamment dans la prise en charge du cancer de la prostate, harmoniser et améliorer les conditions du dépistage, proposer une meilleure orientation des patients vers les techniques les plus adaptées et offrir un accès plus facile aux traitements palliatifs et aux soins de support.

Réunissant 3 centres spécialisés -le CHU de Rennes, le centre régional de lutte contre le cancer « Eugène Marquis » et la clinique mutualiste de la Sagesse – l’institut de cancérologie de Rennes fondé en 2001 vient de se consolider sous la forme d’un Groupement de Coopération Sanitaire – Institut Régional de Cancérologie de Rennes (GCS-IRCR). Objectif : fédérer les activités des établissements membres notamment dans la prise en charge du cancer de la prostate, harmoniser et améliorer les conditions du dépistage, proposer une meilleure orientation des patients vers les techniques les plus adaptées et offrir un accès plus facile aux traitements palliatifs et aux soins de support.

Cette union des compétences et des moyens techniques s’accompagnera d’un développement de la recherche clinique mené en étroite collaboration avec les laboratoires. En effet, la vocation de cet l’institut est aussi de rapprocher la recherche fondamentale de la recherche clinique en vue de faire bénéficier les patients des avancées les plus récentes .

Une complémentarité synonyme d’efficience
Les différentes missions de cet institut seront réparties selon la spécialité des membres : accueil et examens biologiques au CHU, radiothérapie, curiothérapie au CRLCC, chirurgie au CHU et à la Sagesse, recherche clinique au CHU et au CRLCC.

Dans ce dispositif, le service d’Urologie du CHU va jouer le rôle de « porte d’entrée » unique pour les correspondants médicaux comme pour les patients. Un numéro de téléphone unique permettra de centraliser l’ensemble des appels au secrétariat d’Urologie.

L’institut régional de la prostate propose une prise en charge globale du cancer de la prostate :
Prévention – diagnostic précoce, Diagnostic – information, Choix thérapeutique validé par la réunion de concertation multidisciplinaire (RCP), plan personnalisé de traitement et prise en charge post thérapeutique

Une expertise pluridisciplinaire
Chaque semaine, la réunion de concertation pluridisciplinaire d’urologie (RCP) réunit urologues, oncologues médicaux et radiothérapeutes, radiologues et anatomo-pathologistes . Elle étudie chaque dossier afin de proposer au patient un traitement optimisé et un programme personnalisé de soins selon les référentiels de bonnes pratiques de la haute autorité en santé.
L’ approche thérapeutique
En fonction des caractéristiques du patient et de sa maladie, l’Institut régional de la prostate propose au patient souffrant d’un cancer de la prostate une palette thérapeutique de pointe.

Le diagnostic précoce et IRM
Il consiste en la réalisation d’un toucher rectal et d’un dosage de PSA. Le diagnostic est établi à l’aide de biopsies écho guidées de la prostate, réalisées en général sous anesthésie locale. Une IRM dynamique 3 Tesla peut être proposée.

Les traitements locaux
• Le traitement chirurgical
La prostatectomie radicale, c’est-à-dire l’ablation de la prostate, est réalisée par chirurgie classique ou le plus souvent par chirurgie mini invasive coelioscopique.
• La radiothérapie externe
L’irradiation de la prostate est pratiquée en utilisant les techniques les plus récentes de radiothérapie : Elle est conformationnelle, basée sur la modulation d’intensité ( IMRT) et guidée par l’image (IGRT)
• La curiethérapie
Cette technique de radiothérapie mini invasive consiste à irradier la prostate en y implantant des grains d’iode radioactif.
• L’Ablatherm ®
C’est un nouveau traitement par ultrasons focalisés transrectaux. Cet équipement médical est mis à la disposition de l’Institut avec la participation de la clinique mutualiste La Sagesse.

La surveillance active
Le traitement n’est pas systématique et parfois il est possible de simplement surveiller un cancer de la prostate sans traiter d’emblée.

Les traitements médicaux
Ils sont prescrits sous forme orale ou injectable et consistent en une hormonothérapie ou une chimiothérapie. Une irradiation métabolique par Samarium peut être proposée.

La prise en charge globale du patient
L’institut propose un accompagnement : dispositif d’annonce, information sur les différents traitement possibles et prise en charge des conséquences sociales et fonctionnelles éventuelles des traitements (psychologue, sexologue et kinésithérapeute)

Répartition des consultations et des hospitalisations
Les patients sont accueillis en consultation au Centre Eugène Marquis ou dans le service d’urologie du CHU. L’ hospitalisation pour la chirurgie et l’Ablatherm se fera au CHU dans le service d’urologie. Les curiethérapies seront effectuées au Centre Eugène Marquis durant des hospitalisations de 36 heures. La chimiothérapie sera réalisée dans le service d’oncologie médicale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.