Un jeu de piste animalier pour rassurer les enfants

L’enfant hospitalisé est souvent amené à réaliser des examens en dehors du service dans lequel il se trouve. Une étape source d’inquiétude pour les tout petits comme pour leurs parents. Comment va se dérouler l’examen ? Est-ce qu’il sera douloureux ? Où va-t-il se dérouler ? Qui sera présent ? Est-il est possible d’emporter le « doudou » ? Le moment venu, sortir du service pour se rendre à l’examen peut se révéler particulièrement anxiogène…Partant de ce constat, une démarche originale a été mise en œuvre dans le but de rassurer l’enfant.

L’enfant hospitalisé est souvent amené à réaliser des examens en dehors du service dans lequel il se trouve. Une étape source d’inquiétude pour les tout petits comme pour leurs parents. Comment va se dérouler l’examen ? Est-ce qu’il sera douloureux ? Où va-t-il se dérouler ? Qui sera présent ? Est-il est possible d’emporter le «doudou»? Le moment venu, sortir du service pour se rendre à l’examen peut se révéler particulièrement anxiogène…Partant de ce constat, une démarche originale a été mise en œuvre au CHU de Besançon dans le but de rassurer l’enfant.

Une touche ludique pour un parcours complice

Pour les 10 examens et actes les plus fréquents (anesthésie, échographie, IRM, scanner, scintigraphie…) une fiche informative a été créée par une éducatrice de jeunes enfants. Pour la rédiger, elle a travaillé en lien avec les équipes de pédiatrie, la cellule communication et les médecins des secteurs concernés. Cette fiche est présentée à l’enfant et à sa famille par un membre de l’équipe soignante lors d’un temps d’échange. Elle explique de manière simple à quoi sert l’examen. Elle décrit concrètement comment il se passe, sa durée approximative, précise à l’enfant s’il est endormi, s’il peut conserver avec lui son doudou, si la présence des parents est ou non possible, si l’appareil fait du bruit… Pour que l’enfant puisse se représenter le lieu où il est conduit, une photo figure sur le document.
A chaque lieu d’examen est associé un petit animal rigolo que l’on retrouve sur la fiche mais aussi dans les couloirs de l’hôpital. Par ce « jeu de piste », l’enfant s’amuse avec ses parents à rechercher, pendant la durée du trajet, l’animal « qui l’accompagne ». Et parce que les parents ne peuvent pas toujours être présents, les brancardiers ont été également sensibilisés à cette démarche et veillent à ce que l’enfant repère les images sur les murs des couloirs.
Moins «tendu» et mieux informé, l’enfant est plus à même d’intégrer les consignes à respecter lors de l’examen et peut ainsi se montrer plus coopératif.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.