Un jeu vidéo dont le héros est diabétique : « l’affaire Birman ».

L'équipe du service d'endocrinologie-diabétologie et l'association Les Diablotines* créent un jeu vidéo dont le héros est diabétique : " l'affaire Birman " ; un outil d'éducation thérapeutique dédié à l'insulinothérapie fonctionnelle, ludique et disponible gratuitement sur internet : www.glucifer.net

L’équipe du service d’endocrinologie-diabétologie et l’association Les Diablotines* créent un jeu vidéo dont le héros est diabétique :  » l’affaire Birman  » ; un outil d’éducation thérapeutique dédié à l’insulinothérapie fonctionnelle, ludique et disponible gratuitement sur internet www.glucifer.net

Le CHU de Caen est le centre référent en diabétologie pour la Basse-Normandie. L’ensemble des services de l’établissement hospitalier, et notamment le service d’endocrinologie-diabétologie, reçoivent ainsi chaque année 3000 diabétiques en hospitalisation, dont une majeure partie présente un diabète évolué, compliqué et nécessitant une insulinothérapie.

C’est afin d’offrir une réponse au plus grand nombre que plusieurs membres de l’équipe du service d’endocrinologie-diabétologie du CHU de Caen (médecins et diététiciennes) et les Diablotines ont souhaité développer un support éducatif destiné aux patients diabétiques traités par insuline afin qu’ils puissent s’exercer à la méthode de l’insulinothérapie fonctionnelle.

Cette méthode permet de déterminer finement les doses d’insuline nécessaires en fonction de la glycémie du moment, de la quantité de glucide du repas et de l’activité physique prévue. Les paramètres de cette méthode sont personnels et varient d’un individu à l’autre, c’est pourquoi ils doivent être déterminés avec l’aide d’un diabétologue.

L’insulinothérapie fonctionnelle offre une plus grande liberté alimentaire tout en conservant un bon équilibre glycémique. Son apprentissage doit être réalisé auprès de professionnels de santé formés à cette technique, dans le cadre d’hospitalisation de jour, de semaine, d’éducation en ambulatoire, individuelle ou en groupe… Il peut être complété par des outils éducatifs interactifs et/ou ludiques, mais ces supports restent peu nombreux et leur utilisation limitée.

Le site internet glucifer.net, disponible en français et en anglais, propose gratuitement et en accès libre deux jeux : «Le Méli-Mélo Glucidique», dédié à la diététique, et «L’Affaire Birman», jeu d’aventure intégrant les principes de l’insulinothérapie fonctionnelle. Le personnage principal de « L’Affaire Birman » s’appelle Alex, il est diabétique de type 1 et applique l’insulinothérapie fonctionnelle. Le joueur doit alors résoudre les énigmes de l’aventure d’Alex tout en l’aidant au quotidien à gérer au mieux son diabète par la technique de l’insulinothérapie fonctionnelle.

Ce jeu représente un support éducatif, il n’est pas un programme de formation à l’insulinothérapie fonctionnelle et ne peut se substituer à une éducation à cette technique par des professionnels de santé.

*L’association Les Diablotines est une association régit par la loi 1901, née au CHU de Caen, dont l’objet est de développer des supports d’éducation pour les sujets diabétiques.

**Le diabète se caractérise par un manque partiel ou total de production d’insuline par l’organisme. Il est défini par une glycémie à jeun supérieure à 1,26 g/l ou par une glycémie supérieure à 2 g/l à n’importe quel moment de la journée (Source : Guide HAS pour patients – ALD – Octobre 2006 ).
Le diabète de type 1 (anciennement insulinodépendant) est une maladie auto-immune caractérisée par une défaillance profonde de la sécrétion d’insuline. Sans insuline, l’organisme ne peut pas stoker et utiliser correctement la nourriture, en particulier les sucres ingérés. L’insulinothérapie est alors indispensable et doit être poursuivie tout au long de la vie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.