Un kit communication à l’attention des patients

Mieux communiquer pour mieux soigner, c'est aussi une forme de bientraitance. L'AP-HP a élaboré un kit de communication unique en France pour améliorer la prise en charge des patients ayant des difficultés de compréhension ou d'expression. Sa diffusion débute dans les services d'urgence dès le mois de février.

Mieux communiquer pour mieux soigner, c’est aussi une forme de bientraitance. L’AP-HP a élaboré un kit de communication unique en France pour améliorer la prise en charge des patients ayant des difficultés de compréhension ou d’expression. Sa diffusion débute dans les services d’urgence dès le mois de février.

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) a élaboré un kit de communication unique en France, pour améliorer la prise en charge de patients ayant des difficultés d’expression et /ou de compréhension en raison de leur pathologie (traumatismes, accident vasculaire cérébral,…) de leur handicap, ou de la barrière linguistique. Ce kit sera distribué à partir du 11 février prochain, dans tous les services d’urgences de France ainsi que dans tous les SAMU et SMUR grâce au soutien de la Société Française de Médecine d’Urgence (SFMU).

Cet outil favorise la bientraitance en facilitant une communication directe entre le soignant et le patient. Il permet ainsi de recueillir ses réponses et de l’informer sur les traitements et les soins prévus. Présenté sous forme de triptyque, il se compose d’un tableau de pictogrammes permettant au patient de s’exprimer au cours de l’examen (j’ai chaud, j’ai soif, j’ai mal, …), de feuillets mobiles traduisant également sous forme de symboles les questions les plus souvent posées lors d’un examen médical (depuis combien de temps avez-vous mal ? avez-vous de la température ? …) et d’outils permettant de compléter les questions ou d’apporter une réponse (oui – non, Abécédaire, échelle de douleur,…). Les logos des feuillets mobiles sont notamment sous-titrés en russe, tamoul, chinois mandarin et arabe, langues pour lesquelles il est parfois difficile de trouver, en situation d’urgences, un interprète. Enfin, il a été conçu dans un matériau plastique qui permet la désinfection.

Réservé dans un premier temps à l’usage des services d’urgences, ce nouvel outil poursuit l’objectif à terme d’être utilisé dans les services hospitaliers, dans les structures médico-sociales afin de retrouver les mêmes pictogrammes sur tout le territoire national. Par ailleurs, il s’inscrit dans la lignée des recommandations de l’HAS qui préconisent de développer des outils d’aide à la communication pour favoriser l’accès aux soins des personnes en situation de handicap.

Déjà testé dans 5 services d’urgences de l’AP-HP

La maquette a été pensée et conçue par un groupe de travail constitué par la Mission handicap de l’AP-HP. Afin que ce kit réponde au mieux aux attentes des professionnels de santé et des patients, il a été testé dans 5 services d’urgences de l’AP-HP – Robert Debré, Saint-Antoine, Tenon, Lariboisière et Cochin – mais aussi dans des structures médico-sociales auprès de personnes autistes, sourdes, Infirmes Moteurs Cérébraux (IMC), polyhandicapées, déficientes mentales. Enfin, des services hospitaliers prenant en charge des patients atteints de pathologies ne leur permettant pas de s’exprimer (Sclérose Latérale Amyotrophique, Locked-In syndrome …) ont également participés. Le groupe a rassemblé : l’Association des Paralysés de France (APF), le centre de ressources multihandicap, la Société Française de Médecine d’Urgence (SFMU), la Fédération nationale pour l’Insertion des personnes Sourdes et des personnes Aveugles en France (Fisaf), L’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (Unapei), le Centre de Ressources Autisme Ile de France, la Fondation Léopold Bellan et l’Hôpital National de Saint-Maurice.
La Fondation Caisses d’Epargne pour la solidarité a financé l’intégralité du projet (80 000 €).

Les associations attendent impatiemment la diffusion de ce kit qui sera prochainement en vente chez Masson Elsevier afin que les particuliers puissent aussi l’acquérir.

Source : Le webzine de l’AP-HP

Article rédigé par Nadège Renaux (AP-HP) et Florence Dauchy (AP-HP).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.