Un laboratoire L3 au CHU de Besançon

Les cultures d'agents infectieux sont indispensables aux activités de diagnostic et de recherche. Face à l'émergence, à l'échelle internationale, de germes hautement pathogènes, elles revêtent un intérêt particulier. C'est dans ce contexte que le CHU de Besançon se dote d'un laboratoire L3 garantissant le confinement total des agents infectieux manipulés.

Les cultures d’agents infectieux sont indispensables aux activités de diagnostic et de recherche. Face à l’émergence, à l’échelle internationale, de germes hautement pathogènes, elles revêtent un intérêt particulier. C’est dans ce contexte que le CHU de Besançon se dote d’un laboratoire L3 garantissant le confinement total des agents infectieux manipulés.

Le CHU de Besançon dispose désormais d’un laboratoire de niveau L3 localisé au niveau du service de virologie intégré dans le pole GERIS (Gestion des Risques Infectieux et Sanitaires). Il participe de fait au secteur infectieux du futur Plateau de Biologie prévu pour 2012 sur le campus hospitalo-universitaire et qui regroupera à terme sur un même site l’ensemble des laboratoires du CHU.

Le laboratoire L3 vient ainsi renforcer les moyens de diagnostic, de recherche et de sécurité sanitaire du CHU en matière de virologie et de bactériologie. Cet équipement de pointe permet de manipuler les cultures de germes potentiellement dangereux comme le VIH, la grippe aviaire, et les myco-bactéries (tuberculose et bactéries apparentées). L’installation du laboratoire L3 a nécessité une conception très spécifique. En effet, ce laboratoire est en dépression, impliquant une filtration absolue de l’air, comportant un double sas de sécurité, et intègre un autoclave à double entrée pour la désinfection sécurisée des déchets. Il se distingue d’un équipement de classe 2 par le confinement total des agents infectieux. Ainsi, ce nouvel équipement du CHU de Besançon sera particulièrement utile en vue du diagnostic et d’activités de recherches sur des agents infectieux potentiellement dangereux.

Outil supplémentaire pour le diagnostic des infections à VIH et à mycobactéries, ce laboratoire représente un atout pour la recherche en virologie et bactériologie. En cas d’épidémie d’agents infectieux émergents (grippe aviaire), il viendra en appui du centre de l’Institut Pasteur de Paris, référent dans le domaine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.