Un laboratoire L3 au CHU de Besançon

Les cultures d'agents infectieux sont indispensables aux activités de diagnostic et de recherche. Face à l'émergence, à l'échelle internationale, de germes hautement pathogènes, elles revêtent un intérêt particulier. C'est dans ce contexte que le CHU de Besançon se dote d'un laboratoire L3 garantissant le confinement total des agents infectieux manipulés.

Les cultures d’agents infectieux sont indispensables aux activités de diagnostic et de recherche. Face à l’émergence, à l’échelle internationale, de germes hautement pathogènes, elles revêtent un intérêt particulier. C’est dans ce contexte que le CHU de Besançon se dote d’un laboratoire L3 garantissant le confinement total des agents infectieux manipulés.

Le CHU de Besançon dispose désormais d’un laboratoire de niveau L3 localisé au niveau du service de virologie intégré dans le pole GERIS (Gestion des Risques Infectieux et Sanitaires). Il participe de fait au secteur infectieux du futur Plateau de Biologie prévu pour 2012 sur le campus hospitalo-universitaire et qui regroupera à terme sur un même site l’ensemble des laboratoires du CHU.

Le laboratoire L3 vient ainsi renforcer les moyens de diagnostic, de recherche et de sécurité sanitaire du CHU en matière de virologie et de bactériologie. Cet équipement de pointe permet de manipuler les cultures de germes potentiellement dangereux comme le VIH, la grippe aviaire, et les myco-bactéries (tuberculose et bactéries apparentées). L’installation du laboratoire L3 a nécessité une conception très spécifique. En effet, ce laboratoire est en dépression, impliquant une filtration absolue de l’air, comportant un double sas de sécurité, et intègre un autoclave à double entrée pour la désinfection sécurisée des déchets. Il se distingue d’un équipement de classe 2 par le confinement total des agents infectieux. Ainsi, ce nouvel équipement du CHU de Besançon sera particulièrement utile en vue du diagnostic et d’activités de recherches sur des agents infectieux potentiellement dangereux.

Outil supplémentaire pour le diagnostic des infections à VIH et à mycobactéries, ce laboratoire représente un atout pour la recherche en virologie et bactériologie. En cas d’épidémie d’agents infectieux émergents (grippe aviaire), il viendra en appui du centre de l’Institut Pasteur de Paris, référent dans le domaine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.