Un laboratoire universitaire limougeaud opère une première mondiale sur la maladie de Berger

La maladie de Berger est une maladie auto-immune atteignant les reins. Cette pathologie, liée à une anomalie immunitaire, entraîne une insuffisance rénale dans près de 40% des cas. Une équipe de chercheurs universitaires du CRIBL* (laboratoire CHU-CNRS-Université de Limoges) a réussi à mettre au point un modèle animal capable de reproduire cette maladie, ce qui constitue une première mondiale.
La maladie de Berger est une maladie auto-immune atteignant les reins. Cette pathologie, liée à une anomalie immunitaire, entraîne une insuffisance rénale dans près de 40% des cas. Une équipe de chercheurs universitaires du CRIBL* (laboratoire CHU-CNRS-Université de Limoges) a réussi à mettre au point un modèle animal capable de reproduire cette maladie, ce qui constitue une première mondiale.
En effet, d’autres modèles ont été créés de par le monde mais ceux-ci ressemblent de très loin à la maladie chez l’homme. Les chercheurs limougeauds ont développé une approche inédite en créant une souris transgénique capable de fabriquer l’immunoglobine A (IgA) humaine impliquée dans la maladie de Berger. Ils ont pu ainsi observer, pour la première fois, que cette IgA se dépose systématiquement sur le rein.
Grâce au modèle créé, l’équipe de chercheurs a pu étudier les caractéristiques de cet anticorps ce qui pourra, à terme, permettre de comprendre le développement de cette maladie et ce qui la déclenche. Ce travail constitue une avancée majeure contre cette pathologie.
Ces travaux font l’objet d’une publication dans le Jounal of the American society of Nephrology, la plus importante revue scientifique mondiale sur le rein.
Ces recherches sont réalisées dans le cadre de la chaire d’immuno-pathologie rénale créée il y a un an lors de la signature d’un accord de mécénat entre d’une part l’ALURAD (Association Limousine pour l’Utilisation du REIN Artificiel à Domicile) et la Fondation partenariale de l’Université de Limoges.

* Contrôle de la réponse Immune B et Lymphoproliférations, laboratoire commun entre le CHU, le CNRS et l’Université de Limoges
Contact :
Jean-Claude Aldigier, Professeur de Néphrologie, laboratoire CRIBL
Tél. : 05 19 56 42 74

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.