Un maillon blanc entre soignants et malentendants

A l'occasion de la journée mondiale de la surdité du 22 septembre 2005, le CHU de Strasbourg présente le Maillon Blanc, pôle strasbourgeois de soins adapté aux personnes sourdes et malentendantes pour la Région Grand Est.

A l’occasion de la journée mondiale de la surdité du 22 septembre 2005, le CHU de Strasbourg présente le Maillon Blanc, pôle strasbourgeois de soins adapté aux personnes sourdes et malentendantes pour la Région Grand Est.

Depuis 2001, le Maillon Blanc offre aux personnes qui le souhaitent la liberté d’être soignées en langue des signes et/ou en français adapté. Le Docteur Anne Besançon, responsable du pôle, a réuni toutes les compétences d’une équipe pluriprofessionnelle bilingue : un interprète, d’une psychologue, d’une assistante sociale, d’une secrétaire et d’un médiateur sourd parlant la Langue des signes française.

En France, on recense 4 millions de « sourds et malentendants », en Alsace leur nombre compris entre 5000 et 20 000 personnes. Ce chiffre recouvre en réalité des situations très différentes : sourds de naissances, devenus sourds à l’âge adulte, surdités profondes, légères, malentendants, personnes âgées souffrant de presbyacousie…

Sur les 100 000 personnes qui utilisent la Langue des Signes Française comme langue principale, environ 2 000 vivent en Alsace. Par manque de compréhension des mesures de soins ou de prévention, de mauvaise appréciation de la gravité de certaines pathologies ou de réticence légitime à utiliser un système qui ne leur est pas adapté, de nombreux sourds demeurent en marge de l’organisation sanitaire qu’ils utilisent mal ou pas du tout. De leur côté, les professionnels soignants rencontrent les mêmes difficultés à l’égard des personnes sourdes, ne pouvant leur expliquer correctement les traitements.

Pour ne pas rompre la chaîne des soins, le maillon blanc crée le lien qui faisait tant défaut entre les personnes souffrant d’un handicap auditif et le monde hospitalier.

Activité du Maillon Blanc en 2004
– 1143 consultations dont 345 consultations médicales,
– 138 consultations chez le psychologue,
– 79 consultations sociales,
– 409 chez l’interprète
– 163 médiations

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.