Un marqueur pour diagnostiquer le cancer du rein

Le service d'Urologie du CHU de Saint-Etienne a toujours marqué un intérêt particulier pour le cancer du rein. Sa base de données, une des plus importantes en France, comporte plus de 800 cas qui ont été incorporés dans une base internationale issue de prestigieuses universités Européennes et Nord-Américaines. Le service du Pr Jacques Tostain bénéficie donc d'une compétence reconnue en matière de diagnostic et de traitement du cancer du rein. Son équipe mène une recherche* prometteuse sur les marqueurs tumoraux.

Le service d’Urologie du CHU de Saint-Etienne a toujours marqué un intérêt particulier pour le cancer du rein. Sa base de données, une des plus importantes en France, comporte plus de 800 cas qui ont été incorporés dans une base internationale issue de prestigieuses universités Européennes et Nord-Américaines. Le service du Pr Jacques Tostain bénéficie donc d’une compétence reconnue en matière de diagnostic et de traitement du cancer du rein. Son équipe mène une recherche* prometteuse sur les marqueurs tumoraux.

L’arrivée du Dr Guorong Li dans le service il y a dix ans a marqué un virage important. Son intérêt pour la recherche de marqueurs du cancer du rein, menée en collaboration avec le laboratoire d’Immunologie du Pr Christian Genin, en fait un des rares chercheurs français compétent en ce domaine et le seul à avoir pu l’appliquer en pratique clinique.

Le Dr Guorong Li est parti d’un marqueur d’hypoxie cellulaire (manque d’oxygène) – l’anhydrase carbonique 9 (CA9), découverte par une autre équipe en 1986 – qui s’est avéré être un excellent marqueur du cancer du rein ! Les premières recherches dans le service ont été effectuées à partir de cultures cellulaires avant d’être étendues à des tissus humains prélevés sur des pièces d’intervention chirurgicale puis, dans le cadre d’un PHRC national, par ponction avant une éventuelle intervention. Ainsi le service d’Urologie du CHU de Saint-Etienne a été parmi les premiers à avoir réalisé une application diagnostique chez l’Homme.

Aujourd’hui, une nouvelle étape a été franchie en mettant au point la recherche de ce marqueur sur un simple prélèvement sanguin. Le dosage sanguin présente un grand intérêt car il est toujours difficile de connaitre la nature exacte des petites tumeurs trouvées lors d’une IRM ou d’un scanner. On ne sait pas si elles sont cancéreuses ou non. Le dosage permettrait d’éviter une intervention qui ne serait pas nécessaire. L’équipe du Pr Jacques Tostain s’est également aperçue que le marqueur disparaissait lorsque le cancer était guéri et réapparaissait en cas de récidive.

Les résultats de ces travaux permettraient à la fois de diagnostiquer plus facilement les cancers du rein et d’en assurer plus efficacement le suivi. Cette découverte est d’autant plus importante que 8 000 à 9 000 nouveaux cas de cancer du rein sont diagnostiqués chaque année en France.

Le cancer du rein est un cancer grave et plutôt silencieux (30 % des patients présentent des métastases lors du diagnostic et 30 % ont un stade déjà avancé) d’où l’intérêt de le diagnostiquer le plus tôt possible.

Le service d’Urologie du CHU de Saint-Etienne est le seul en France en mesure de faire ce dosage sanguin puisque l’application est encore au stade de la recherche. Un brevet est en cours de dépôt et les travaux sont menés en collaboration avec le laboratoire Biomérieux en vue d’industrialiser l’application. Le parcours va encore prendre quelques années avant qu’une utilisation soit possible en pratique quotidienne. Une validation des travaux par la communauté médicale sera également nécessaire.

* Les travaux ont pu être menés grâce au soutien du comité Loire de la ligue contre le cancer, du CHU de Saint-Etienne et du cancéropôle CLARA.
L’Association française d’urologie a décerné au Pr Guorong Li le prix de la meilleure communication scientifique en 2002 pour ses travaux sur le cancer du rein

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.