Une protéine contre le cancer efficace contre le diabète de type 1

Une équipe de chercheurs de l’AP-HP* vient de démontrer l’intérêt de faibles dose d’interleukine-2 (IL-2) dans le traitement du diabète de type 1. Ces travaux publiés par le Pr David Klatzmann dans le Lancet Diabetes and Endocrinology le 8 octobre 2013**, ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques pour le traitement des maladies auto-immunes.

Une équipe de chercheurs de l’AP-HP* vient de démontrer l’intérêt de faibles dose d’interleukine-2 (IL-2) dans le traitement du diabète de type 1. Ces travaux publiés par le Pr David Klatzmann dans le Lancet Diabetes and Endocrinology le 8 octobre 2013**, ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques pour le traitement des maladies auto-immunes.

Depuis plus de 20 ans l’interleukine 2 ou IL-2 est utilisée à hautes doses dans le traitement du mélanome malin et du cancer du rein pour sa capacité à renforcer les cellules « tueuses » du système immunitaire qui protègent l’organisme des cellules cancéreuses.
En 2011***, les chercheurs avaient déjà montréqu’à très faible dose l’IL-2 avait une action inverse et renforçait les cellules dites « régulatrices » chez les patients souffrant d’une maladie auto-immune appelée vascularite induite par le virus de l’hépatite C (essai ANRS HC21 vascu IL2) – les cellules régulatrices sont chargées de protéger les tissus sains d’une attaque du système immunitaire et leurs défaillances sont  à l’origine des maladies auto-immunes-
Ces résultats ont ouvert la voie à une utilisation de l’IL-2 pour le traitement d’autres maladies auto-immunes. Les chercheurs ont souhaité poursuivre leurs travaux en évaluant les effets de  l’IL-2 dans le diabète de type 1. Cette maladie auto-immune résulte de la destruction par les cellules tueuses du système immunitaire des cellules du pancréas qui produisent l’insuline pour contrôler la glycémie (taux de glucose dans le sang). 

Dans un nouvel essai (double aveugle, randomisé et contrôlé contre placebo), l’équipe a testé 3 doses d’IL-2 chez 24 patients adultes atteints de diabète de type 1. Les résultats montrent que tous les patients recevant de l’IL-2 à faible dose ont vu augmenter leurs cellules dites « régulatrices » qui protègent les tissus sains et que le traitement était très bien toléré quelle que soit la dose. L’étude approfondie des effets bénéfiques du traitement a permis de définir la dose d’IL-2 qui serait adaptée au traitement du diabète de type 1. 
« Ces résultats sont importants car ils lèvent 2 verrous qui auraient pu empêcher le développement de cette nouvelle approche thérapeutique dans le diabète de type 1 : la sécurité de l’IL2 à faible dose et son efficacité au niveau immunitaire sont vérifiées. Plus généralement, ces résultats nous éclairent sur les doses d’IL-2 à utiliser pour le traitement d’autres pathologies auto-immunes. » explique le Pr David Klatzmann, chef du service de biothérapies à la Pitié-Salpêtrière (AP-HP). 

Les études se poursuivent aujourd’hui avec 3 nouveaux essais cliniques coordonnés par l’AP-HP. Un essai chez les enfants diabétiques de 7 à 12 ans est déjà en cours. Il sera suivi d’un grand essai européen destiné à tester l’efficacité thérapeutique de l’IL-2 chez 200 patients diabétiques, enfants et adultes****. Fin 2013, un 3ème essai, réalisé dans le cadre du département hospitalo-universitaire (DHU) Inflammation-Immunopathologie-Biothérapies, et en partenariat avec une société de biotechnologie, testera l’efficacité de l’IL-2 dans 11 pathologies auto-immunes différentes*****. 
  
*de l’Université Pierre et Marie Curie , de l’Inserm et du CNRS, coordonnée par le Pr David Klatzmann (Pitié-Salpêtrière, AP-HP, professeur à l’UPMC) 
**Low-dose interleukin 2 in patients with type 1 diabetes: a phase 1/2 randomised, double-blind, placebo-controlled trial – Prof Agnès Hartemann, Gilbert Bensimon MD, Christine A Payan MD, Sophie Jacqueminet MD, Olivier Bourron MD, Nathalie Nicolas MD, Michèle Fonfrede MD, Michelle Rosenzwajg MD, Claude Bernard PharmD, Prof David Klatzmann MD. The Lancet Diabetes & Endocrinology, Early Online Publication, 8 October 2013 – doi:10.1016/S2213-8587(13)70113-X
 
***Publiée dans le New England Journal of Medicine en 2011, l’étude  a montré que 8/10 des patients traités ont eu une amélioration clinique significative. Réf : David Saadoun, Michelle Rosenzwajg, Florence Joly, Adrien Six, Fabrice Carrat, Vincent Thibault, Damien Sene, Patrice Cacoub, David Klatzmann. Efficacy of low-dose IL-2 in HCV-vasculitis. N Engl J Med 2011;365:2067-77
 
**** Essai DIABIL-2, consultable sur  www.diabil2.org
 
***** Polyarthrite rhumatoïde ; spondylarthrite ankylosante ; psoriasis er arthrite psoriasique ; lupus érythémateux disséminés ; vascularite de Wegener ; vascularite de Takayasu ; maladie de Behçet ; maladie de Crohn ; rectocolite hémorragique ; hépatite auto-immune ; cholangite sclérosante

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.