Un musée témoin des évolutions de l’hôpital et de sa place dans la société

Lieu de soins, de vie, de découverte et d’échange, l'hôpital occupe une place à part dans la cité et dans le cœur des français. Pour comprendre son évolution, valoriser sa richesse et sa grande diversité culturelle, le Conseil général et le CHU Grenoble ont pris l'initiative de dédier un espace à l’histoire de la Santé et à son patrimoine. Depuis 1992, le musée grenoblois des Sciences médicales présente ses impressionnantes collections sous les voutes de l’ancienne chapelle de l’Asile des vieillards. A charge aussi pour sa conservatrice, Sylvie Bretagnon de concevoir des expositions qui témoignent de la grandeur de la relation de soin et de l'engagement des professionnels aux côtés des patients.

Lieu de soins, de vie, de découverte et d’échange, l’hôpital occupe une place à part dans la cité et dans le cœur des français. Pour comprendre son évolution, valoriser sa richesse et sa grande diversité culturelle, le Conseil général et le CHU Grenoble ont pris l’initiative de dédier un espace à l’histoire de la Santé et à son patrimoine. Depuis 1992, le musée grenoblois des Sciences médicales présente ses impressionnantes collections sous les voutes de l’ancienne chapelle de l’Asile des vieillards. A charge aussi pour sa conservatrice, Sylvie Bretagnon de concevoir des expositions qui témoignent de la grandeur de la relation de soin et de l’engagement des professionnels aux côtés des patients.

Deux manifestations rendent compte des formidables progrès scientifiques et humains portés par le CHU
l’exposition "Technologie et Médecine 1900 – 1960 Les pratiques médicales bouleversées" retrace l’apparition de la technique dans les pratiques médicales au cours de la première moitié du XXe siècle. Cette période charnière où l’examen clinique est progressivement complété par l’exploration du corps vivant grâce à l’électrocardiographie, la radiologie. De nombreux appareils produits en série apportent plus de précision et d’efficacité à l’anesthésie, à la réanimation, garantes d’une efficacité constante des soins prodigués et annonciateurs d’une médecine high tech, triomphe de l’infiniment petit, de l’informatique, de la biologie…
Les 58 objets  exposés ont tous en commun d’avoir été utilisés souvent quotidiennement par les soignants du CHU de Grenoble. Ces instruments ont un « vécu » spécifique. Améliorés voire transformés, certains sont toujours employés tels que le défibrillateur cardiaque, l’appareil à transfusion sanguine de L. Henry et du Dr P. Jouvelet, la console de commande d’implants neurologiques et même le prototype de robot chirurgical qui remonte à 1970. D’autres comme le pulvérisateur à vapeur de Lucas-Championnière utilisé dans la désinfection des plaies ou de l’atmosphère et l’appareil anesthésique à éther du Pr Ombrédanne  ont été totalement abandonnés, remplacés par de nouveaux dispositifs issus de technologies plus performantes. Jusqu’au 20 décembre 2013 au Musée grenoblois des Sciences médicales – CHU de Grenoble
– "Hôpital signeur", la citoyenneté retrouvée des patients sourds. Le travail photographique de Franck Ardito met en lumière l’engagement au quotidien de professionnels de santé aux côtés des malentendants pour qu’ils soient soignés avec la même exigence de qualité que la population générale.  29 planches témoignent des relations privilégiées qui se nouent entre patients et professionnels dans un rapport de citoyenneté retrouvée. Le respect des droits élémentaires d’un patient sourd passe par le respect de son identité et de sa langue de vie, qu’il s’agisse de la langue des signes ou du français. Ce n’est plus au patient de s’adapter à la langue des professionnels, mais bien au système de santé d’utiliser la langue dans laquelle le patient est le plus à l’aise. Il s’agit désormais d’une obligation pour le service public. En France, une quinzaine hospitaliers dont le CHU de Grenoble disposent d’intermédiateurs sourds, interprètes diplômés, médecins, psychologues, travailleurs sociaux… parlant couramment la langue des signes ; grâce à eux, l’hôpital peut proposer un parcours de soins sans obstacle aux patients sourds.
L’exposition conçue par l’unité Pôle sourd et le photographe Franck Ardito, coordonnée par Sylvie Bretagnon devrait prochainement circuler vers d’autres hôpitaux. …
En savoir plus sur le musée grenoblois des Sciences médicales
Fondé en 1992, grâce au soutien du service du Patrimoine du Conseil général et du CHU de Grenoble et à l’engagement des professeurs Jean-François Dyon et Jean-Marie Seigneurin, le musée grenoblois des Sciences médicales est dirigé par Sylvie Bretagnon, conservatrice et administratrice.
Programmation 2014
En mars 2014, le CHU collabore au projet participatif Flowers 2.0 proposé par l’artiste plasticien et musicien Pierre Estève. Patients, personnels visiteurs sont invités dans le cadre d’ateliers à fabriqués des fleurs à partir de bouteille recyclées. Ces fleurs intègreront la forêt de fleurs présentée au mois d’avril au muséum dans le cadre du festival Les détours de Babel.
Plusieurs concerts donnés dans le cadre du Programme & santé 2014 comme l’atelier des musiciens du Louvre Grenoble à l’Hôpital et le spectacle Urgence de et par Pepito Matteo dans le cadre du festival les Arts du récit … viendront compléter l’offre culturelle riche, diversifiée et de qualité du CHU de Grenoble.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.