Un cartographe 3D pour la rythmologie du CHUGA

Depuis quelques semaines, les professionnels du service Rythmologie et Stimulation Cardiaque du Pôle Thorax et Vaisseaux du CHU Grenoble Alpes utilisent un nouveau système de cartographie 3D Rhythmia* (Boston Scientific) permettant de diagnostiquer et de traiter les arythmies les plus complexes. Le CHUGA est le premier établissement de santé du bassin Rhône-Alpes à disposer de cette technologie de pointe.
Une arythmie cardiaque se produit lorsque le cœur bat irrégulièrement, s’il bat à moins de 60 pulsations cardiaques ou à plus de 100 pulsations cardiaques à la minute, sans que cela soit justifié. L’arythmie est le trouble cardiaque le plus fréquent. Pour la prise en charge des patients souffrant d’une arythmie, le CHU Grenoble Alpes dispose depuis quelques semaines d’un nouveau système de cartographie 3D issu des dernières technologies en la matière.
Le système Rhythmia* est basé sur l’utilisation d’un nouveau cathéter de cartographie haute résolution à 64 électrodes permettant d’analyser des signaux de plus faible amplitude et donc d’améliorer significativement le rôle d’un cartographe. Ce nouveau système permet ainsi de capturer des milliers de points de données et garantir une visualisation précise des arythmies.  « Il s’agit d’une vraie avancée technologique », confie le Dr Peggy Jacon, cardiologue du service Rythmologie et Stimulation Cardiaque au CHUGA. Et de préciser : « Les pathologies à traiter sont de plus en plus complexes dans notre activité à l’image de certaines cardiopathies congénitales particulièrement difficiles à prendre en charge. Nos interventions au bloc opératoire nécessitent un diagnostic extrêmement précis afin d’identifier au mieux les sites d’ablation cibles. Ce cartographe nous permet de réaliser en cinq minutes une reconstitution du cœur en 10 000 points. Pour mieux comprendre, il faut s’imaginer identifier un homme agité au milieu d’une immense foule calme. Surtout, cette nouvelle technologie, dont nous sommes aujourd’hui les premiers à disposer sur le bassin Rhône-Alpes va nous permettre de traiter des patients ayant essuyé des échecs auparavant du fait d’une arythmie trop complexes pour les anciens cartographes conventionnels» 
Avec cet outil diagnostique et thérapeutique, les professionnels du CHU Grenoble Alpes devraient prendre en charge plus d’une centaine de patients par an. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.