Un nouveau Centre de soins de Pédopsychiatrie : l’espace Victor

Le CHU de Grenoble a inauguré un centre de soins ambulatoires de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, l'Espace Victor, situé sur son site de La Bâtie à St Ismier, dans un cadre naturel d'exception. Cette création s'inscrit dans le projet d'établissement 2006-2010 qui s'était donné pour objectif de poursuivre la recomposition des structures extra-hospitalières en pédopsychiatrie pour être plus proche des populations desservies.

Le CHU de Grenoble a inauguré un centre de soins ambulatoires de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, l’Espace Victor, situé sur son site de La Bâtie à St Ismier, dans un cadre naturel d’exception. Cette création s’inscrit dans le projet d’établissement 2006-2010 qui s’était donné pour objectif de poursuivre la recomposition des structures extra-hospitalières en pédopsychiatrie pour être plus proche des populations desservies.

Le centre de soins ambulatoires Espace Victor sera désormais un élément central du dispositif de soins pédopsychiatriques du CHU de Grenoble, dédié aux prises en charge des enfants et des adolescents de moins de 16 ans, dans le cadre de l’organisation des soins du secteur de psychiatrie infanto-juvénile 38I01, consultations ambulatoires (Centre Médico-Psychologique), Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP) et Hôpital de Jour (HDJ).

Appartenant au pôle Psychiatrie et Neurologie dirigé par le Professeur Thierry Bougerol, et placé sous la responsabilité du Dr Isabelle Grimaldi, pédopsychiatre également responsable de l’organisation de l’ensemble des soins de secteur, l’Espace Victor dispose d’une équipe pluri-professionnelle comprenant deux médecins pédopsychiatres, des infirmières, psychologues, orthophonistes, psychomotriciennes, assistantes sociales, éducatrice, secrétaires et agents de services hospitaliers.
Le regroupement sur un même site des ces professionnels permet la mise en commun des moyens thérapeutiques et l’organisation d’actions conjointes auprès des enfants, des familles et des partenaires médicaux, sociaux et pédagogiques.

Baptisé Espace Victor selon la volonté de l’équipe, en hommage à l’ « enfant sauvage » dont les soins firent la renommée du Dr Gaspard Itard et aux écrits de Victor Hugo sur l’enfance, le centre est installé dans un nouveau bâtiment de 1 600 m² répartis sur deux niveaux.

Doté d’une très bonne isolation thermique et acoustique, il est classé en Très Haute Performance Energétique (THPE), proche des normes actuelles de Bâtiment Basse Consommation (BBC). Confiée à M. Marbach du cabinet lyonnais 4+ en collaboration avec les équipes, sa conception a privilégié un habillage externe en bois et couleurs qui évoque la maison, plus que l’hôpital, des espaces intérieurs colorés pensés pour les besoins de repères des petits patients et un excellent niveau d’insonorisation qui favorisera particulièrement la confidentialité des échanges. Construit dans un cadre de verdure et au pied de sommets de Belledonne et de la Chartreuse, il représente un outil de travail privilégié.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.