Un nouveau plateau IRM polyvalent

Le CHRU de Nancy a inauguré ce 13 décembre 2016 sa nouvelle plateforme d’Imagerie à Résonance Magnétique, située sur le site des Hôpitaux de Brabois. Dotée de trois nouvelles machines - deux IRM 3 T et une IRM 1,5 T - la plateforme offre sur près de 900 m2 des conditions d’accueil optimales aux patients.

Le CHRU de Nancy a inauguré ce 13 décembre 2016 sa nouvelle plateforme d’Imagerie à Résonance Magnétique, située sur le site des Hôpitaux de Brabois. Dotée de trois nouvelles machines – deux IRM 3 T et une IRM 1,5 T – la plateforme offre sur près de 900 m2 des conditions d’accueil optimales aux patients : un accueil dédié, un parcours plus fluide avec 3 circuits distincts, deux cabines par IRM pour plus de confidentialité et d’intimité et deux salons d’attente, enfant et adulte, équipés et aménagés avec le plus grand confort, grâce notamment au soutien de l’AREMIG et de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France dans le cadre de l’Opération Pièces jaunes.

Avec des amplitudes horaires plus importantes et un accès facilité et direct, l’objectif est également de réduire les délais d’obtention de rendez-vous et le temps d’attente des patients. Le plateau IRM est ouvert du lundi au vendredi de 8h à 20h et le samedi de 8h à 14h.
Précisions et haute performance pour un diagnostic amélioré
Les avantages de l’IRM 3 Tesla  sont nombreux pour les patients. Le doublement de puissance du champ magnétique par rapport aux machines à 1,5 Tesla améliore la résolution des images et la détection de structures anatomiques extrêmement fines. Autre avantage : le contraste entre les différents éléments anatomiques est plus prononcé. Toutes les parties du corps peuvent être analysées. Le diagnostic est nettement amélioré grâce à des images de meilleure qualité et à l’expertise des professionnels de l’imagerie du CHRU et de l’ICL formés à l’utilisation de ce nouvel équipement de pointe. 
Une IRM 3T partagée avec l’Institut de Cancérologie de Lorraine  
Dans le cadre du Pôle Régional de Cancérologie, une IRM 3T est utilisée en partenariat avec les médecins radiologues de l’ICL pour faire bénéficier aux patients du bassin lorrain des dernières évolutions technologiques dans le cadre du dépistage, des traitements et de la surveillance post-thérapeutique des cancers. C’est la seconde IRM partagée CHRU/ICL, la première sur le site de l’ICL fonctionnant depuis août 2015.
Développer la recherche en imagerie
L’autre IRM 3T est dédiée à hauteur de 40% pour des travaux de recherche clinique et fondamentale menés notamment par le Centre d’Investigation Clinique Innovation-Technologique (CIC-IT), ses capacités de traitement des données étant améliorées par rapport à un équipement classique. 
Montant total de l’investissement : 5 millions d’€
Le nouveau plateau IRM est co-financé par le CHRU, le CPER IT-M2P (Contrat de Plan Etat-Région Innovations Technologiques, Modélisation et Médecine Personnalisée) et le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.