Un nouveau scanner high-tech en cardio au CHU de Rennes

Un scanner dernière génération, dédié aux acquisitions très rapides s'installe au sein du bloc imagerie du centre cardio-pneumologique du CHU de Rennes. Un investissement de 1,4 M€ pour garantir des examens de qualité nettement supérieure, notamment en cardiologie.
Un scanner dernière génération, dédié aux acquisitions très rapides s’installe au sein du bloc imagerie du centre cardio-pneumologique du CHU de Rennes. Un investissement de 1,4 M€ pour garantir des examens de qualité nettement supérieure, notamment en cardiologie.
Destiné aux examens cardiaques, thoraciques et vasculaires, ce nouveau scanner, doté d’une technologie originale et exclusive, délivre des images d’une excellente qualité avec une exposition aux rayons X significativement plus faible que sur les appareils de génération précédente. Sa particularité : l’anneau du scanner abrite deux tubes à rayons X et deux couronnes de détecteurs permettant de doubler la vitesse d’acquisition des images. 

Une qualité d’image exceptionnelle

Cette caractéristique hors normes offre une excellente résolution temporelle. L’image est acquise en 66 millisecondes contre 130 sur les autres appareils: c’est le plus court intervalle de temps au monde pour réaliser un examen scanographique. Cette rapidité d’acquisition permet ainsi de figer le mouvement des organes: un avantage décisif pour obtenir une bonne imagerie du coeur quelle que soit la fréquence cardiaque (lente, rapide, régulière ou non…).
« Il est relativement simple de réaliser un scanner cardiaque chez des patients aux battements lents et réguliers. En revanche, un rythme rapide ou irrégulier augmente le risque d’artefacts cinétiques, c’est à dire d’images floues et non interprétables du fait des mouvements du coeur. La résolution temporelle inédite de cet appareil permet de s’affranchir de ce flou cinétique, la réussite des examens cardiaques en est significativement améliorée et l’imagerie de coeurs aux battements rapides comme irréguliers grandement facilitée», témoigne le Pr Mathieu Lederlin, PUPH dans l’unité d’imagerie thoracique et cardiovasculaire du service d’imagerie.

Une réduction de l’exposition aux rayons X pour le patient

Côté patient, les points forts de cet appareil résident dans une diminution de l’exposition aux rayons X et le recours à de moindres quantités de produit de contraste. Les deux tubes du scanner peuvent en effet fonctionner sous des tensions différentes, ce qui permet, à partir d’une seule acquisition, de récupérer plusieurs types d’images: avec contraste, sans contraste "virtuel", cartographie d’iode, bas kilovoltage… La réduction de l’exposition aux rayons X est un réel bénéfice, notamment pour les femmes et les patients jeunes, par exemple dans le cadre de contrôle de cardiopathies congénitales. 
Enfin, pour le Dr Jean-François Heautot, PH et responsable de l’unité d’imagerie cardiovasculaire: «pouvoir injecter 30 à 50% en moins de produit de contraste va apporter un réel bénéfice pour le patient, notamment chez le sujet âgé ou souffrant de pathologie vasculaire dont les reins sont fragilisés».
Rapidité d’acquisition d’images, réduction du nombre d’examens imparfaits, amélioration de la qualité de prise en charge…, cet investissement de 1,4 M€ (réalisé dans le cadre d’un groupement de commande du GHT Haute-Bretagne), offre aux professionnels comme aux patients les bénéfices des avancées technologiques les plus récentes. Seuls une dizaine de centres hospitaliers en France sont aujourd’hui dotés de ce scanner.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.