Un nouvel équipement pour traiter les cancers digestifs

Le CHU de Grenoble est équipé depuis quelques mois d'un nouvel appareil, le Cavitherm. Mis au point en Rhône-Alpes grâce à la collaboration d'équipes médicales lyonnaises et grenobloises, ce nouvel équipement permet la destruction des cellules cancéreuses dans l'abdomen et ouvre une possibilité dans le traitement des carcinoses péritonéales qui surviennent lorsque le cancer, d'origine digestive, atteint le péritoine de manière plus ou moins diffuse.

Le CHU de Grenoble est équipé depuis le mois de septembre d’un nouvel appareil, le Cavitherm. Mis au point en Rhöne-Alpes grâce à la collaboration d’équipes médicales lyonnaises et grenobloises, ce nouvel équipement permet la destruction des cellules cancéreuses dans l’abdomen et ouvre une possibilité dans le traitement des carcinoses péritonéales qui surviennent lorsque le cancer, d’origine digestive, atteint le péritoine de manière plus ou moins diffuse.

Le Cavitherm est utilisé par le Docteur Catherine Arvieux, praticien hospitalier dans le Département de Chirurgie Digestive et de l’Urgence dirigé par le Professeur Létoublon . Après l’intervention chirurgicale qui consiste au retrait de toutes les lésions tumorales, l’abdomen est refermé. Le cavitherm permet alors de diffuser par l’intermédiaire de drains et sous contrôle de sondes thermiques reliées à un ordinateur des produits de chimiothérapie chauffés à 40-45 degrés dans des conditions de sécurité optimale. Il s’agit d’interventions de haute technicité, qui atteignent parfois une dizaine d’heures, imposant une anesthésie et une réanimation lourdes et la collaboration d’équipes pluridisciplinaires avec les services d’Oncologie et de Radiologie.

Le coût de cet équipement a été financé à hauteur de 60 000 euros par l’Association Espoir (Association Iséroise de lutte contre le cancer). 12 patients ont déjà pu bénéficier de cette technique en 2004 au CHU de Grenoble.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.