Un PACS sans faute pour le 1er CHRU sans film

Tours est le premier CHRU à archiver sur système informatique l'intégralité des images produites dans les services de radiologie (radiographies standards, angiographies), des images en coupe (scanner, IRM), des échographies, scintigraphie, TEP scanner...

Tours est le premier CHRU à archiver sur système informatique l’intégralité des images produites dans les services de radiologie (radiographies standards, angiographies), des images en coupe (scanner, IRM), des échographies, scintigraphie, TEP scanner…

Adopter le PACS, Picture Archiving and Communication System, dans un établissement de 1 730 lits d’hospitalisation répartis sur 3 sites enregistrant 224 500 examens d’imagerie par an relevait de la gageure. Un défi que le CHRU de Tours a remporté avec succès : «Aujourd’hui, la totalité des images est stockée et accessible à tous les médecins hospitaliers (médecins et chirurgiens), quel que soit leur lieu d’exercice du moment : en consultation, en réunion multidisciplinaire, dans leur bureau, et même au cours d’un acte chirurgical au sein même de la salle d’opération. » s’enthousiasme le Pr Dominique Sirinelli, Responsable du Pôle Imagerie Chef de service de Radiologie Pédiatrique, Co-pilote du groupe projet PACS

Une démarche exemplaire à plus d’un titre
La conduite du projet apparaît exemplaire à plusieurs titres :
– Par le caractère collégial de la démarche qui a inclus à toutes ses étapes, au sein d’un comité de pilotage, tous les acteurs concernés : administrateurs, informaticiens, ingénieurs biomédicaux, manipulateurs, médecins d’imagerie médicale mais également médecins demandeurs d’examens.
– Par la rapidité de mise en oeuvre puisque 18 mois seulement se sont écoulés entre la livraison des premiers équipements et le passage au « sans film » complet du CHRU
– Par l’implication et l’adhésion forte des personnels médicaux et paramédicaux des services d’imagerie et de soins du CHRU.
– Par la rigueur financière qui a permis, sur une période très courte, d’utiliser sans dépassement les sommes allouées dans le cadre du plan « hôpital 2007 ».

Témoignage de satisfaction
Finis les scanners perdus dans les couloirs de notre établissement. Fini l’air désabusé du patient qui s’aperçoit que l’examen radiologique pratiqué il y a plusieurs semaines s’est perdu dans les dédales du CHRU. Maintenant grâce au PACS, il nous est possible quelque soit le délai entre l’examen radiologique et la consultation de visualiser sur notre écran les différents radio. Plus encore, grâce à de nombreuses options accessibles en partie par le clic droit de la souris, nous pouvons faire nous même des reconstructions afin de planifier l’intervention chirurgicale. Par exemple, les tumeurs du rein sont accessibles parfois à une chirurgie partielle ou une chirurgie coelioscopique et la reconstruction de la tumeur rénale nous permet d’envisager à la fois la voie d’abord mais aussi toute l’intervention pas à pas. Cette reconstruction aide à prévoir le matériel nécessaire mais aussi les risques éventuels de fistule urinaire en cas de lésion de la voie excrétrice.
Dr Franck Bruyère, Praticien Hospitalier, Urologie

Avec le PACS nous gagnons une tranquillité d’esprit en sachant que le résultat de notre travail une fois injecté dans le système ne peut être perdu, ni pendant les transferts de dossier, ni par un oubli du patient. Cette image est consultable indéfiniment (alors qu’avant le support se dégradait dans le temps), se duplique facilement. Cerise sur le gâteau : le «sans film» est écologique !!
Pierre Cieutat, Manipulateur, Radiologie Adultes Trousseau

Le PACS a révolutionné le travail du radiologue, notamment dans le service de radiologie pédiatrique. Il a tellement amélioré notre quotidien qu’il nous serait bien difficile aujourd’hui de travailler sans ce système. C’est surtout parce qu’il nous permet d’avoir une vision globale de l’ensemble des examens d’imagerie réalisés pour un patient que le PACS a modifié notre façon de travailler. Le PACS améliore aussi le déroulement des staffs multi-disciplinaires puisqu’il permet là encore de voir les différentes modalités d’examens d’un même patient en même temps.
Catherine Sembely, Radiologue, Radiologie pédiatrique, Clocheville

Le coût du PACS
Le PACS représente un investissement de 3,1 millions d’euros pour le CHRU de Tours, incluant les équipements nécessaires à la diffusion.
La maintenance du PACS est indexée sur les économies générées par sa montée en charge. C’est ainsi que la maintenance s’est élevée à 64 368 euros en 2007 et devrait, d’après estimation se stabiliser autour de 204 000 euros en 2008, le surcoût étant largement compensé par les économies de films radiologiques, dont la dépense est passée de 510 000 euros en 2006 à 299 000 en 2007 (50 000 euros budgétés pour 2008).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.