Un plan de retour à l’équilibre qui allie investissement, restructuration et augmentation d’activité

Comment l’AP-HM a-t-elle réussi à diminuer de plus de la moitié son déficit, passé de 35 millions en 2009 à 15 millions d’euros en 2011 et à économiser 2 millions d’euros par an depuis 3 ans ? Réponse : en faisant la part belle aux investissements restructurants qui optimisent la qualité de prise en charge des provençaux et rendent l’offre de soins plus efficiente tout en générant un important effet de levier sur l’activité médicale. « Appliqué à l’AP-HM, le modèle keynésien a démontré son efficacité » déclare Jean-Paul Segade, directeur général du premier CHU de la région PACA.

Comment l’AP-HM a-t-elle réussi à diminuer de plus de la moitié son déficit, passé de 35 millions en 2009 à 15 millions d’euros en 2011 et à économiser 2 millions d’euros par an depuis 3 ans ? Réponse : en faisant la part belle aux investissements restructurants qui optimisent la qualité de prise en charge des provençaux et rendent l’offre de soins plus efficiente tout en générant un important effet de levier sur l’activité médicale. « Appliqué à l’AP-HM, le modèle keynésien a démontré son efficacité » déclare Jean-Paul Segade, directeur général du premier CHU de la région PACA.
De 2009 à 2013, l’AP-HM investit 110 millions d’euros par an pour moderniser ses sites hospitaliers, thématiser son offre de soins désormais plus lisible et offrir aux patients un plateau technique de très haut niveau. Principales réalisations : le Pavillon de l’Etoile à l’hôpital Nord, le service de radiothérapie équipé de la tomothérapie, l’Espace Méditerranéen de l’Adolescence, l’Institut du Mouvement et de l’Appareil Locomoteur, la plate-forme logistique, le centre des brûlés inter-régional méditerranée, le partenariat public-privé pour le développement des soins de suite et de rééducation. A venir sur le site de la Timone : l’ouverture d’un bâtiment médicotechnique de 300 millions d’euros prévu pour fin 2013 et la construction d’une maternité de niveau III.
L’institution s’enorgueillit aussi d’avoir obtenu le label d’Institut Hospitalo – Universitaire pour son projet dans le domaine des Maladies Infectieuses et Tropicales. Financé à hauteur de 73,2 millions d’euros, cet IHU représente le plus important financement national accordé pour un IHU.
Ces restructurations d’ampleur ont entraîné des transferts à grande échelle et ont nécessité l’investissement du personnel dans cette dynamique dans une logique de dialogue social : 700 agents et 100 médecins ont été déménagés d’un site à l’autre, soit 5% du personnel de l’AP-HM ; une réorganisation sans précédent en France. Des choix stratégiques payants, le déficit de 58 millions d’euros en 2008 est passé à 15 millions d’euros en 2011, l’Hôpital Nord connaît une croissance à deux chiffres (dont + 52 % sur les greffes thoraciques). Ces économies ont permis de recruter 40 médecins et 1 200 infirmiers en 3 ans, de doter l’institution d’équipements de pointe (gamma knife, tomothérapie, blocs de dernière génération, IRM 3 Tesla) et de développer la recherche pour proposer les meilleurs traitements : l’APHM est le 2e hôpital français en matière de d’essais cliniques avec 32 appels d’offres recherche clinique remportés et 891 essais thérapeutiques-en cours en 2010.
Dans une lettre adressée le 10 janvier à chacun des agents, Jean-Claude Gaudin, Président du Conseil de surveillance de l’AP-HM a tenu à rappeler son soutien aux investissements et à souligner le lien entre la ville et l’institution qui «  par sa structure, par ses compétences, par ses talents, constitue un véritable atout pour le rayonnement de Marseille. Cet atout, il faut non seulement le préserver mais aussi le faire grandir et le mettre en lumière. »
Une offre de soins réorganisée autour d’établissements thématisés et le déploiement de nouvelles activités.
La nouvelle offre de soins privilégiera un parcours de soins des patients simplifié, la prévention et l’éducation à la santé. Elle favorisera les techniques innovantes qui s’articuleront autour de la recherche, de laboratoires et d’équipements très performants. L’AP-HM entend offrir ainsi à la population une organisation compétitive regroupant toutes les compétences nécessaires dans un même environnement.
Hôpital de la Conception, établissement où se concentrent les prise en charge en ambulatoire et le programé : maladies chroniques et organes des sens, pôle endocrinologie et chirurgie de l’obésité, pôle Tête et Cou, chirurgie pôle Urologie-Néphrologie
Hôpital de la Timone – Centre Hospitalier majeur, la Timone à l’instar de l’hôpital Nord, est considéré par son activité, son équipement de pointe et ses moyens humains comme un acteur de référence. Avec l’ouverture du Bâtiment Médico-technique, la Timone disposera du plus grand service d’accueil des urgences de France (29 box, 4 lits de déchoquage, 10 lits de réanimation d’urgence ainsi qu’une unité d’hospitalisation de courte durée de 30 lits) et d’un plateau technique complet  équipé des technologies les plus modernes. En parallèle de nombreuses disciplines vont être renforcées pour conforter leur niveau de référence (maternité de niveau III, néonatologie et pédiatrie, oncologie, neuroscience, cardiovasculaire,…)
Hôpitaux Sud centrés sur le mouvement et la réadaptation, la psychiatrie universitaire, la pédopsychiatrie et l’addictologie, l’activité gériatrique et de Soins de Suite et de Réadaptation

Hôpital Nord – Ce centre hospitalo-universitaire de référence regroupe la quasi-totalité des disciplines médicales et chirurgicales et en particulier les greffes pulmonaires et dispose d’un pôle mère enfant complet avec une maternité de niveau III,

L’Hôpital Salvator
prendra en charge les adolescents dans des services de court ou moyen séjour (Espace Méditerranéen de l’Adolescent du Professeur RUFO), mais également au sein d’un service dédié à la prise en charge psychosociale pour les adolescents atteints d’une pathologie cancéreuse
L’AP-HM en chiffres (2010)
– 3582 Lits et places
– Personnel non médical ETP : 12 526
– Personnel médical ETP  : 1 908
– 60 897 interventions chirurgicales
– 958 403 consultations
– 195 178 personnes reçues aux urgences
– 46 % des patients hospitalisés sont domiciliés hors Marseille
5 947 naissances
– 219 greffes

Finances
– Budget : 1,25 milliard d’euros
– Déficit : 15 millions d’euros (soit 1,2 % du budget)
– Dette nette : 650 millions d’euros (soir 52% du budget)
– Emprunts « toxiques » : 11% de la dette

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.