Un projet d’établissement dynamique et ambitieux

"Durant plus d'une année, 500 professionnels de l'hôpital se sont investis dans l'élaboration du projet d'établissement. Une méthodologie délibérative a permis de recueillir directement et pour la première fois, les préconisations des usagers. La participation (...)"

« Durant plus d’une année, 500 professionnels de l’hôpital se sont investis dans l’élaboration du projet d’établissement. Une méthodologie délibérative a permis de recueillir directement et pour la première fois, les préconisations des usagers. La participation des partenaires sociaux, des facultés de santé, de la médecine de ville, du CHU d’Angers, du CH de Saint-Nazaire au comité de pilotage a été un gage de dialogue et d’ouverture » Jean-Paul Guérin, Directeur Général, Pr. Yves Héloury, Président de la CME.

Le CHU de Nantes, un établissement au coeur d’une agglomération en pleine expansion
Avec près de 10% de croissance démographique entre 1990 et 1999, l’agglomération nantaise a enregistré la plus forte progression relative des grandes villes de France après Toulouse.


« La communauté urbaine de Nantes se félicite d’avoir un CHU qui accompagne son dynamisme et sa vitalité démographique. » Jean-Marc Ayrault, Président du Conseil d’administration du CHU

Les grands axes du Projet d’établissement 2003-2007

Les usagers : le CHU s’attachera à promouvoir les droits et l’information des usagers, à répondre à leur demande d’être écoutés, éclairés et acteurs de leur propre santé. Le CHU va créer un espace usagers et une maison des parents.

La cancérologie La création d’une des principales plates-formes d’onco-hématologie publiques de France l’Institut Régional du Cancer Nantes-Atlantique prolongera la coopération engagée entre le CHU et le Centre René Gauducheau.

Les personnes âgées : en collaboration avec le Centre Hospitalier Bellier, le CHU développe différents modes de prise en charge adaptés à leur situation.

Le projet médical : juste équilibre entre la consolidation des soins de proximité : urgences, mère et enfant, psychiatrie… et l’essor des soins innovants dits de référence : cardiologie pédiatrique, neurosciences, grands brûlés…

Les filières : en affichant un soutien marqué au développement des soins de suite, le CHU a pou ambition de mieux réguler ses filières internes et de mieux répondre aux besoins de prise en charge en aval des urgences et de ses services de médecine aiguë.

Le schéma directeur projeté à 15 ans rassemblera l’ensemble des services de court séjour du CHU (1 700 lits) sur une zone située à la fois sur l’Hôtel-Dieu et sur l’Ile de Nantes. Ce nouveau site intégrera un pôle de santé, de recherche et de biotechnologies de taille européenne. En accord avec l’Inserm, le CHU centrera ses efforts sur la cancérologie, la transplantation, la cardiologie, la thérapie cellulaire et génique, la nutrition et les biomatériaux.

En interne, le CHU de Nantes ambitionne de pérenniser l’organisation en pôles et la gestion de proximité, de développer les mécanismes d’intéressement, de généraliser la contractualisation et la culture de projet, de mettre en place un management par projet, impliquant l’ensemble des composantes de la communauté hospitalière, d’individualiser une direction des projets et de la rattacher à la direction de la qualité et des projets.

Le projet d’établissement a été adopté par le conseil d’administration le 14 octobre 2002 et approuvé par l’ARH le 10 décembre 2002. Ce qui a permis l’ouverture de négociation du nouveau contrat d’objectifs et de moyens ; l’issue de la négociation est attendue en mai 2003.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.