Un projet raisonnablement optimiste

En 2012, le CHU de Dijon regroupera ses activités médicales de l'Hôpital du Bocage et de l'Hôpital Général sur un seul site. Pour réussir cette restructuration majeure tout en maintenant sa place de premier rang au niveau régional, l'établissement doit créer les conditions favorables en mobilisant ses équipes sur le long terme et veiller au quotidien à l'amélioration de leurs performances.

En 2012, le CHU de Dijon regroupera ses activités médicales de l’Hôpital du Bocage et de l’Hôpital Général sur un seul site. Pour réussir cette restructuration majeure tout en maintenant sa place de premier rang au niveau régional, l’établissement doit créer les conditions favorables en mobilisant ses équipes sur le long terme et veiller au quotidien à l’amélioration de leurs performances.

L’ambition du projet d’établissement 2008-2011
« Offrir à la Bourgogne et à ses habitants une structure de soins, d’enseignement et de recherche de haut niveau répondant aux besoins médicaux d’aujourd’hui et de demain et pour cela, allier les traditions de l’hôpital public et la modernité d’un plateau technique de pointe ; ce nouveau projet d’établissement donne du sens à la stratégie et à la politique de notre institution pour les 4 à 5 années qui viennent» résume Pierre-Charles Pons, Directeur Général du CHU de Dijon.

Un CHU moteur de la dynamique médicale de Bourgogne, ancré dans son rôle de recours et de référent régional et ouvert aux partenariats. Pour atteindre ce triple objectif, le CHU mettra l’accent sur :
• L’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins prodigués aux patients (Evaluation de l’état nutritionnel des patients, Sécurisation du circuit du médicament, etc.)
• La poursuite des projets architecturaux forts et cohérents avec notamment : la rénovation et l’agrandissement de la Maternité, le regroupement des laboratoires sur le Plateau Technique de Biologie, la construction de Bocage Central et d’une plateforme logistique… Le soutien des travaux de recherche, des projets médicaux innovants et la formation initiale et continue des professionnels de santé.
• Une attention particulière sera portée aux performances de l’organisation et du fonctionnement des activités afin d’assurer une meilleure prise en charge globale du patient.
• La poursuite du développement des projets de coopération et de complémentarité avec d’autres établissements de santé pour apporter une réponse collective, plus complète et cohérente aux besoins de santé de la population.

Une politique d’établissement ambitieuse et volontariste au plan financier et en matière de management accompagnera les orientations médicales, architecturales et organisationnelles. Le projet social, le projet de soins de rééducation et médico-technique et le Schéma Directeur du Système d’Information soutiennent la démarche de progrès.

La dynamique insufflée par l’ambitieux programme immobilier et les impératifs d’excellence auxquels sont soumis les équipes hospitalo-universitaires exigent un fort investissement humain et financier et surtout de la lisibilité. Le projet d’établissement 2008-2011 fédère le personnel autour d’un programme clair. Porté par l’ensemble de la communauté du CHU, il déterminera les bases du contrat d’objectifs et de moyens qui sera passé avec l’Agence Régionale d’Hospitalisation. Un gage de succès !

« Dans le climat d’incertitudes qui entoure l’avenir des CHU et un présent fait de difficultés budgétaires, ce projet donne une perspective d’avenir raisonnablement optimiste à notre établissement. Si nous allions le volontarisme autour de la dynamique que ce projet décline et le réalisme pour améliorer nos performances, la réussite sera au bout du chemin. » assure Pierre-Charles Pons, confiant dans les capacités de régénération du CHU de Dijon.

Plus d’information sur la future cité hospitalière du CHU de Dijon Le CHU construit son avenir

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.