Un rein retiré par incision du nombril

Un nouveau pas vers la chirurgie sans cicatrice vient d'être accompli au CHU de Rennes : des chirurgiens ont retiré à deux patients un rein par une petite incision unique dissimulée dans le nombril. Ces chirurgiens exercent dans le service d'urologie, dirigé par le Pr. Guillé.

Un nouveau pas vers chirurgie sans cicatrice vient d’être accompli au CHU de Rennes : des chirurgiens ont retiré à deux patients un rein par une petite incision unique dissimulée dans le nombril. Ces chirurgiens exercent dans le service d’urologie, dirigé par le Pr. Guillé.

« Ce nouveau type d’intervention s’inscrit dans le mouvement d’une chirurgie toujours moins invasive » dit le Dr Bensalah qui a pratiqué les deux interventions en collaboration avec le Pr. Patard qui supervise la chirurgie rénale.

Les premières opérations ont été faites aux États-Unis et pour l’instant très peu de cas ont été rapportés en France. Le CHU de Rennes est le premier établissement dans le grand Ouest à effectuer cette nouvelle chirurgie.

Une caméra et les instruments chirurgicaux sont tous insérés à travers l’ombilic et en fin d’intervention, le rein est retiré par cette incision unique de 2 cm qui ne se voit quasiment pas.

Les deux patients sont restés trois jours à l’hôpital et n’ont pas posé de problème post-opératoire.

« Il s’agit d’une technique en cours d’évaluation dont la place par rapport à la coelioscopie classique doit être précisée. Nous attendons des instruments plus évolués qui devraient faciliter son développement» précise le Dr Bensalah.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.